Archives de juillet 2008

Ex-militaire = criminel en devenir?

Nous avons su il y a quelques mois que le taux de suicide des soldats américains de retour d’Irak ou d’Afghanistan est alarmant (mais moins élevé que chez les jeunes hommes québécois).

Voilà que Forsvaret, la Défense, l’armée danoise, rapporte que plusieurs anciens soldats tombent dans la criminalité après avoir servi en mission à l’étranger. La cause sera les effets du stress pendant la période de service. Il a également été noté que les soldats qui tombent dans ce milieu étaient, aupravant, des citoyens sans histoire et qui n’étaient aucunement prédisposés au crime via leur environnement social et familial.

Mange tidligere soldater bliver kriminelle

Encore les *** de caricatures de Mahomet!!!!!

Vous croyez que c’était terminé? Nej, ce n’est pas demain la veille que cet épisode sera derrière nous.

Toujours insatisfaites après avoir été déboutées deux fois en cour (Tribunaux de Aahrus et de l’Ouest du Danemark), l’association des musulmans du Danemark porte sa plainte contre le Jyllands-Posten et ses journalistes à la Cour Surprême du Danemark.

On saura bientôt si le plus haut tribunal du yndigt land entendra la cause contre le quotidien et ses chefs de section Carsten Juste et Flemming Rose.

Selon le Islamisk Trossamfund, les caricatures ont causé des dommages à la réputation des musulmans et de Mahomet (!!!!) à travers le monde (guerriers, misogynes et terroristes) et ils demandent donc des compensations (50000 DKK, soit 10000$C). L’association avance que si le tribunal continue d’acquitter le journal, il enverra le message que les musulmans supportent le terrorisme.

Dans l’éventualité où le jugement ne leur plairait pas, on ira à la Cour Européenne des Droits de la Personne.

Petite note au Islamisk Trossamfund: Prenez-vous en donc aux extrémistes qui détruisent votre réputation, si ça vous choque tant. Il y a un fond de vérité dans ces dessins, et c’est à ça qu’il faut s’attaquer et non pas au messager!

Muslimer vil have tegning-sag for Højesteret

Thilo Sarrazin, un gauchiste comme la droite les aime

Le Sénateur aux finances du Land de Berlin, Thilo Sarrazin, devient un homme de plus en plus controversé chez les sociaux-démocrates berlinois.

Plus tôt ce printemps, nous avons eu droit à son "menu". Affirmant que les chômeurs allemands sont trop gros, il a présenté à la presse un menu – qu’il a juré avoir testé avec sa femme à la maison – permettant aux bénéficiaires du Hartz-IV de se nourrir convenablement pour moins de 5€ par jour par personne.

Le but de l’opération était de prouver que les sommes des allocations au chômage réservées à la nourriture étaient correctes. En Allemagne, l’État prend en charge votre budget si vous vous retrouvez sur l’aide sociale.

Cette semaine, alors que l’Allemagne est confrontée à une hausse des coûts de l’énergie, Thilo Sarrazin a fait une sortie pour dire que ceux qui attendent une aide de l’État pour se chauffer cet hiver sont dans le champ: Ils n’ont qu’à enfiler un chandail chaud! Il en a même rajouté à l’intention de tous: l’époque où on chauffait nos appartements à 21 degrés tout l’hiver est terminée!

Je ne pense pas qu’il crée une gros scandale là-dessus, si je ne pense qu’à ma propre expérience personnelle. À Dresden cet hiver, mes amis venaient chez moi et trouvaient tous qu’il faisait trop chaud. Mon coloc berlinois préférait passer la journée avec son foulard dans la maison que de chauffer la fournaise. En visite à Copenhague, je claquais des dents dans le deux-pièces de mon ami alors que lui trouvait ça normal – même qu’il se moquait de moi, il n’en revenait pas qu’un Canadien était si peu résistant au froid!

Mais, bref, Thilo Sarrazin et son pragmatisme ne doivent pas nous quitter de si tôt: la santé financière de Berlin en dépend. Et c’est avec des gens comme lui que des coups de pieds sont donnés aux bons endroits.

Sarrazin findet Hartz IV Empfänger zu dick
Thilo Sarrazin bringt Gegner mit Pullover Plan im Rage
Warum Berlins Finanzsenator Recht hat
Energiekosten machen Berlin noch ärmer

Wir sind auch Deutsche!

Je ne peux qu’exprimer ma joie de voir des statistiques corroborer mes dires, à savoir que tous les immigrants n’apportent pas que du négatif à une société (oui, il y a des éléments problématiques, je ne nie pas).

Le portrait des immigrants dans l’univers politico-médiatique allemand est très souvent négatif: soit nous sommes criminels, ou profiteurs, ou chômeurs, ou décrocheurs… Je suis sur qu’il existe en Allemagne des success stories d’immigration et d’intégration comme on en retrouve par millions en Amérique du Nord et en Océanie…parmi lesquels plusieurs Allemands, le genre de monde qui passent à "Goodbye Deutschland" le dimanche soir à la télé.

Der Spiegel nous apprend que les immigrants naturalisés allemands ont plus de succès aux études que les Allemands "sans histoire d’immigration" et que les deux groupes disposent de chances égales sur le marché du travail.

C’est la première fois que l’on dresse un portrait de la situations des naturalisés, et le tout dresse les projecteurs sur le ministre de l’intégration de NRW – un membre de la CDU en désaccord avec son parti sur l’immigration.

Un homme à qui je devrais écrire…

Entrevue
Portrait

Obama a convaincu les Allemands

Un sondage réalisé vendredi pour le Bild am Sontag indique que 62% des Allemands ont apprécié le discours d’Obama, 63% croient qu’il ferait un bon président pour les États-Unis, 51% affirment qu’il rendrait le monde plus pacifique.

Le Berliner Morgenpost passe en revue le coup de PR.

Des célébrités invitées à commenter le discours pour Der Spiegel ont mis un bémol assez révélateur de la popularité d’Obama: "On aura ri de Bush s’il avait fait la même chose" ici

Parlant du Spiegel, c’est lui qui est le plus enthousiaste: le chef de sa section internationale a vu dans le discours d’Obama un discours du 44ième président des États-Unis d’Amérique.

Voici quelques images de couvertures de la presse allemande sur Barack Obama. Remarquez le Bild qui demande un Obama allemand.

Le parti pris sur la France des médias québécois

Barack Obama a fait un rassemblement monstre à Berlin, que RDI a d’ailleurs diffusé en direct.

N’empêche que la nouvelle a été couverte à 22:10 dans le Téléjournal, le reportage était signé Frédéric Arnould en provenance de Washington.

Vendredi, un meeting d’une heure avec Nicolas Sarkozy. Obama est arrivé à l’Élysée sous les regards de…quelques centaines de Parisiens.

Maxence Bilodeau était pourtant là, sur place, et le Téléjournal s’est ouvert dessus.

Vous me direz que Maxence Bilodeau pouvait se rendre à l’Élysée en métro.

Mais, tout de même, c’était un rappel flagrant que les médias québécois – qui ont déjà un regard international très limité – regardent Paris en premier!

L’Index Big Mac mis à jour

Prenons un break d’Obama, j’y reviens plus tard

The Economist a mis à jour son fameux index Big Mac.

bigmacindex

Article via Mbl.is

Obama in Berlin: L’Idéalisme, voire la Naïveté

Il semble avoir une unanimité en Allemagne sur le discours de Barack Obama: tous n’ont que des louanges à son égard. Tant le Sénat de Berlin que le gouvernement fédéral ont été extase devant lui, même chose pour les journalistes et la foule.

Les applaudissements du gouvernement fédéral me font rire, car on s’efforçait depuis des semaines de paraître neutre et, bien qu’on semblait très heureux de discuter avec Obama, on savait que les Européens ne seraient pas d’accord avec ses positions sur la peine de mort et l’Afghanistan, en particulier. Sans compter qu’en ce moment, l’Europe commence à parler de partenariats économiques plus étroits avec le Canada et les États-Unis. Quelqu’un a-t-il remarqué que Barack Obama est le candidat protectionniste, pas John McCain?

Le Berliner Morgenpost publie d’ailleurs un éditorial titré "La rêverie d’Obama à Berlin". Joachim Stoltenberg ramène sur terre ceux qui ont cru entendre le messie: le monde réel est bien loin des images portées par Obama dans son discours: un monde qui vit dans la paix et la liberté, sans armes atomiques ni famine. En fait, le commentateur y voit un signe d’éloignement de la réalité et d’inexpérience.

Il va même plus loin: il dit que si le discours était au goût des Berlinois, bien ses visions sont intenables pour un président d’une grande puissance – donc, une fois au pouvoir, il en décevrait beaucoup. On peut s’attendre à rapprocher après les divisives années Bush, mais sans plus. Coopération semble d’ailleurs être le seul mot que les Allemands ont retenu!

Obama in Berlin: Ils étaient 215000

215000 personnes se sont rassemblées dans la Strasse des 17. Juni à Berlin pour entendre Barack Obama jeudi soir. Ajoutons les 5+ millions d’Allemands devant leur télé et les milliers de personnes qui ont passé la journée à le suivre. Le Berliner Morgenpost ne se gêne même pas: Berlin a presque rendu Barack Obama président.

Qui sont-ils? Il y a les cheerleaders, bien sûr, on les a entendus à la télé. Mais aussi, une grande majorité de curieux. Je serais moi-même allé, juste pour le trip d’avoir été présent. Bien que les journalistes ont interviewé des gens parlant de lui comme les Nord-Coréens parlent de Kim Il-Sung, que la presse allemande ait momentanément mis son côté critique à off (une journaliste à la télévision a même parlé de son "aura"), je donne une chance et reste très pragmatique. Tout le monde aime ça quand les autres nous donne de l’attention, surtout quand c’est un candidat à la présidence des États-Unis.

On dit que les Allemands adorent Obama car ils détestent Bush. Mais, quand même, quand il est venu en 2006, je me souviens très bien des heures de direct télé qui lui ont été consacrées et du nombre de "senteux" qui s’étaient approchés. Même chose pour la Reine d’Angleterre: dès quelqu’un de puissant, de connu s’amène, les foules se "garochent".

Oui, je parle de "senteux" parce que quand on ont dit que les gens l’ont même suivi jusque devant son hôtel par milliers avant d’aller devant la salle d’entrainement où il est allé faire un peu de cardio avant de rencontrer le maire – on est dans les groupies!

La foule venue voir Obama était en majorité jeune, des jeunes bien sûr convaincus de voir en lui un messie en raison de ses positions idéalistes.

Et vous savez où je pige mon plus fort argument sur les curieux? Pensez à ceci: on a fait de la pub en allemand pour attirer un public à un discours en anglais d’un politicien étranger, public qui ne participe même pas à l’élection pour laquelle le speech est fait.

Je lisais d’ailleurs quelques commentaires sur des blogs allemands, où les gens trouvaient disgrâcieux que Barack Obama utilise Berlin pour aller se faire élire ailleurs.

Alors, personne n’a à s’énerver et tirer des conclusions là-dessus.

Obama in Berlin: les contribuables devront payer

Depuis des semaines, les médias nous répétaient sans cesse que Barack Obama assumerait la totalité de la facture reliée à sa visite à Berlin. Eh bien, nous apprenons aujourd’hui que ce n’est pas tout à faire vrai: le Land de Berlin paie 250000€.

Allô l’hypocrisie, faire passer ça comme une visite d’État alors que ce n’est qu’une manoeuvre électorale qui devrait être entièrement payée par l’intéressé! Saviez-vous que la Love Parade a quitté Berlin après l’édition 2006 parce que les organisateurs et la ville ne s’entendaient pas sur les coûts à défrayer sur la sécurité et le nettoyage du site? Double standard…

Certes, la présence d’Angela Merkel et du ministre des affaires étranges Frank-Walter Steinmayer doit être prise en compte lorsque l’on évalue les besoins en sécurité.

1100 fonctionnaires de la police berlinoise seront en service sur les lieux du discours.

Les contribuables assumeront également les frais de déplacement du maire, qui interrompt ses vacances en Grèce pour venir accueillir Obama.

Bien que la visite soit officiellement privée, elle demande le même niveau de protection qu’un président en exercice. D’ailleurs, parlant de président, il y a fort à parier que Barack Obama ira fort sur les liens vers le "mythe JFK".

Quant à la rencontre prévue avec Angela Merkel et Frank-Walter Steinmeier, elle concernera le projet de libre-échange UE/USA. Ça me fait bien rire, Barack Obama s’étant fait connaitre pour ses opinions protectionnistes!

Je vous laisse avec la pancarte pour jeudi. Remarquez qu’on précise que Berlin est en Allemagne LOL

plakart

Worüber Angela Merkel mit Barack Obama reden will

Obama-Besuch kostet Berlin 250.000 Euro


juillet 2008
D L Ma Me J V S
« juin   août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: