Archives de 20 mai 2009

L’utopie islandaise?

Vous connaissez l’histoire: le communisme soviétique n’était pas du communisme, etc. Selon nos amis d’extrême-gauche, le vrai communisme concilie nationalisation de l’économie et liberté politique. Permettez-moi un gros bémol sur la faisabilité de ce projet.

Par contre, j’ai bien peur que, d’ici peu, on nous parle du « modèle islandais ». J’ai eu cette réflexion lorsque j’ai regardé un reportage en début de semaine, reportage où la télévision islandaise faisait la liste de tout ce que l’État contrôle en ayant nationalisé les banques.

Centres commerciaux, immeubles résidentiels, collections d’arts, Baugur Group (plus grande entreprise du pays), firmes d’investissements, compagnies d’assurances… Et je ne parle même pas des propriétés (maisons, chalets, voitures) saisies.

Cette semaine, les banques nationalisées ont augmenté leur participation dans Icelandair en se portant acquéreurs des actions de la société financière Máttur og Naust. Désormais, l’État islandais possède 80% des actions du transporteur aérien.

De dire Einar Sveinsson, c’est une tragédie que les compagnies islandaises soient une à une réduire à céder leur place à l’État. Il se voit comme une victime, un innocent.

Mais l’est-il vraiment? En ayant refusé de vendre ses parts à des étrangers pour des raisons stratégiques, il savait que la seule alternative serait la nationalisation de ses avoirs.

En même temps, la santé de la démocratie islandaise n’est aucunement menacée. Alors, question, sommes-nous en présence de l’utopie d’un communisme démocratique?

Certes, il y a une délicieuse ironie: l’Islande est membre de l’OTAN, donc fermement dans le camp « impérialiste ».

Visir
Iceland Review
Iceland Review

Les communistes

La République Fédérale d’Allemagne a été fondée officiellement le 23 mai 1949. Question de souligner ce 60ième anniversaire, qui coïncide avec 20 ans d’union, un grand sondage sur l’état de la Nation a été réalisé.

Pour le résumer en une phrase, on apprend que les Allemands de l’Est et de l’Ouest sont encore plus divisés qu’en 1980. Comme ce n’est rien de nouveau, permettez moi de tout sauter et me concerner sur les quelques questions relatives à l’économie.

Un tiers des Allemands se prononce en faveur de la nationalisation complète du secteur bancaire, et la moitié souhaite la (re)nationalisation de l’eau et de l’électricité. Des chiffres encore plus hauts à l’Est.

Décidément, Karl Marx a encore de belles années dans son pays natal!

Berliner Morgenpost


mai 2009
D L Ma Me J V S
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :