Les cancres sont partout

Au Québec, il se trouve souvent des voix élitistes pour comparer défavorablement les connaissances générales de nos étudiants à celles des Européens du même âge. En Europe, tout constat sur la baisse de celles-ci est très souvent accompagnée de commentaires anti-américains.

J’ai toujours cru que les cancres étaient partout (d’autant que j’ai ENSEIGNÉ un an dans une école secondaire allemande, donc sur le terrain) et que le système éducatif n’a pas à nous rendre tous des "bolles". Autant j’ai détesté les maths et les sciences, l’école québécoise n’a jamais pu satisfaire mon appétit en matière d’histoire, de géographie et de langues alors je suis allé par moi-même. Et, bien honnêtement, je ne leur en veux pas.

J’ai souvenir d’un moment assez récent où on a déploré la faiblesse des connaissances en histoire nationale des jeunes Québécois. Les nationaleux sont tombés là-dedans, on a accusé les libéraux de de-nationaliser les Québécois bla bla bla…

Prenons ce sondage paru au Danemark jeudi.

Seulement 17% des Danois de 18 à 25 ans peuvent nommer correctement l’évènement survenu le 9 avril 1940: l’invasion du pays par les troupes allemandes.

Une tragédie pour le système éducatif danois, de dire le responsable de l’étude. Et pour le ministre de l’éducation, c’est une insulte aux survivants.

JP

About these ads

1 Response to “Les cancres sont partout”


  1. 1 matvail2002 Jeudi, 8 avril 2010 à 23:08

    Le problème vient d’un débat qui fait rage depuis quelques années auprès de nos historiens qui est celui de l’histoire régionale vs. nationale vs. mondiale. Je suis un mordu d’histoire sauf qu’il est évident que beaucoup de gens (y compris les nationalistes) ont une vision strictement politique (ou politisée) de l’histoire alors que je vois surtout des individus dans l’histoire, donc leur réalité se situe même à des lieues de l’histoire que l’on nous enseigne dans nos livres d’école.

    Or, celui que j’ai beaucoup plus de difficulté est l’histoire nationale qui est principalement un type d’histoire qui est malheureusement basée sur une perspective souvent marxiste (les bons vs. les méchants). Je connais même beaucoup de professeurs d’histoire du monde (ou qui enseignent une histoire plus pluri-régionale ou continentale) qui considèrent que l’histoire nationale est simplement quelque chose qui sert à brainwasher les gens et qui n’amène en rien aux jeunes à aimer l’histoire.

    À propos de ton argument de départ, autant dire que les fameuses élites ont souvent une idée stéréotypée de la situation au-delà de la cour en voulant généraliser la situation en disant que les élèves qui sortent d’un système d’éducation donné sont tous pareils.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




avril 2010
D L Ma Me J V S
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: