Archives de avril 2010



Les Danois: Montez les impôts

C’est une chose que l’opinion publique danoise ne croit pas que le gouvernement puisse économiser assez pour améliorer ses finances, mais de là à souhaiter massivement une hausse de taxes…

C’est malgré tout la conclusion d’un sondage réalisé par Analyse Danmark pour le Jyllands-Posten.

À la question, « Quelle est la solution aux problèmes économiques du Danemark? » concernant notamment le financement des retraites, 40% des Danois répondent la hausse des impôts, 29% des réformes et uniquement 17% proposent de couper.

L’article ne précise pas qui veut payer/faire payer plus mais il ne serait pas surprenant que le syndrome du pas moi s’applique: comme tous les autres, les Danois préfèrent faire payer « de rige » (les riches) car ils se disent qu’ils sont eux-mêmes surtaxés (impôt minimal de 37.5% sans exemption). Or, les « riches » ne courent pas les rues au Danemark et, à l’heure actuelle, l’évasion fiscale y étant parmi les plus élevés du monde, difficile pour un gouvernement de piger plus profondément dans les poches.

Si le ministre des finances et de nombreux économistes découragent cette voie, le social-démocrate Henrik Sass Larsen juge que « les gens n’ont pas de problème à payer pour garder l’État-providence en ordre ».

Quant au sociologue Henrik Dahl, il explique le paradox danois face aux impôts:

« Aux USA, on considère les impôts élevés comme du vol mais il y a ici un appui colossal envers l’État-providence financé par les contribuables et il n’y a visiblement pas de limites à ce que nous sommes prêts à payer »

Intéressant, mais est-ce vraiment tout le monde qui pense comme ça… On peut douter, cependant il existe une différence entre le Québec et le Danemark: les Danois ont l’impression d’en avoir pour leur argent. Est-ce vrai, il faut voir à la pièce mais je dois concéder que leur étatisme est beaucoup moins pernicieux que le nôtre.

JP

Combien de temps avant que la gauche québécoise sorte ce sondage pour ici? :D

Les cancres sont partout

Au Québec, il se trouve souvent des voix élitistes pour comparer défavorablement les connaissances générales de nos étudiants à celles des Européens du même âge. En Europe, tout constat sur la baisse de celles-ci est très souvent accompagnée de commentaires anti-américains.

J’ai toujours cru que les cancres étaient partout (d’autant que j’ai ENSEIGNÉ un an dans une école secondaire allemande, donc sur le terrain) et que le système éducatif n’a pas à nous rendre tous des « bolles ». Autant j’ai détesté les maths et les sciences, l’école québécoise n’a jamais pu satisfaire mon appétit en matière d’histoire, de géographie et de langues alors je suis allé par moi-même. Et, bien honnêtement, je ne leur en veux pas.

J’ai souvenir d’un moment assez récent où on a déploré la faiblesse des connaissances en histoire nationale des jeunes Québécois. Les nationaleux sont tombés là-dedans, on a accusé les libéraux de de-nationaliser les Québécois bla bla bla…

Prenons ce sondage paru au Danemark jeudi.

Seulement 17% des Danois de 18 à 25 ans peuvent nommer correctement l’évènement survenu le 9 avril 1940: l’invasion du pays par les troupes allemandes.

Une tragédie pour le système éducatif danois, de dire le responsable de l’étude. Et pour le ministre de l’éducation, c’est une insulte aux survivants.

JP

La dernière shot de Steven Guilbeault

Dans le Châtelaine de mai 2010, Steven Guilbeault affirme en page 88:

J’ai passé plus de deux semaines à Copenhague en décembre dernier pour la conférence de l’ONU sur le climat. Le métro y est deux fois plus étendu qu’à Montréal pour une population équivalent à celle de Québec. Quand je sortais du centre de conférence à 3 heures du matin, un métro passait toutes les 5 minutes.

Monsieur veut jouer, bien jouons. Non mais, c’est de la provocation!

Copenhague possède deux réseaux de chemins de fer urbains. Metroen compte 22 stations sur une ligne en Y. En comparaison, le Métro de Montréal compte 68 stations sur 4 lignes.

Le métro de Copenhague coûte probablement moins cher que celui de la STM. Parce qu’il est entièrement automatisé et que le paiement se fait sur honneur. Notons également que si la fréquence de nuit a été majorée à 5 minutes pendant le sommet, elle est normalement de 20 minutes en semaine et 15 les weekends.

Le véritable « backbone » des TEC de Copenhague, c’est le S-tog. 7 lignes, 85 stations. Dessert « profondément » la banlieue, ce qu’on appelle la Region Hovedstaden. Si j’exclus l’ile de Bornholm, ce territoire compte 28 municipalités sur 1973 km2 et 1619722 habitants. Avant d’y aller avec les statistiques, remarquons que le S-tog ne roule pas la nuit et qu’il s’agit des seuls trains électriques du Danemark.

Nul besoin de chercher bien loin pour constater que les 3.7 millions d’habitants de 63 communautés desservies par l’Agence Métropolitaine de Transport n’ont pas accès à autant de service en matière de trains de banlieue, je le concède. Ceci dit, soyons bons joueurs et regardons les chiffres: les trains de banlieue montréalais s’arrêtent à 59 stations sur un territoire s’étendant sur 4258 km2. Le problème se situe donc davantage au niveau des fréquences de service.

Et petit clin d’oeil sur les infâmes autoroutes:

Danemark: 1079 km ici sur un territoire de 45000 km2

Au Québec, le MTQ n’a pas le chiffre précis sur son site internet mais on parle d’un peu plus de 1900 km. À peine le double pour un territoire 20 fois plus grand.

Comme Maxence Bilodeau, Steven Guilbeault aurait eu intérêt à sortir un peu de Amager!

Propagande routardienne

Petit, j’ai littéralement dévoré tous les exemplaires de la collection Bibliothèque du Voyageur (Gallimard) question de me faire rêver.

Arrivé à un moment où je partais moi-même, j’ai laissé les livres pour internet et les brochures trouvées localement. Mais, bien sûr, une petite lecture ça aide.

Ma mère m’a ramené le Routard 2009 sur l’Islande. Une collection que j’ai très rarement lue, et je viens d’être rappelé que c’était une bonne chose.

D’abord parce que le Routard joue dans la politique. Remarques sur le fait que les Islandais mangent de la baleine et du phoque, sur leurs 4×4 (« L’Islande hésite encore entre l’Europe et l’Amérique »)… Vos gueules!

Ensuite, je veux bien croire qu’ils s’adresse à des touristes low-budget et j’en suis un moi-même mais il y a des limites! Faire des grimaces pour une bière à 600 ISK (taxes et services compris), soit même pas 6$, ou l’entrée dans les musées « entre 300 et 900 ISK » (donc moins de 10$)… Ce sont des prix parfaitement ordinaires au Québec et en France aussi, où la vie est plus chère qu’ici!

Remarquez que je ne portais pas vraiment celui sur Berlin dans mon coeur, justement en raison de son côté séraphin. Berlin est une ville pauvre et pas chère, rajoutez-en pas en disant au monde de ne pas aller dans les musées les jours où c’est payant!


avril 2010
D L Ma Me J V S
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :