Moi, dangereux criminel

Je vais vous faire une confidence, je suis un criminel. Depuis mon retour au Québec, je n’ai jamais déclaré que je n’ai pas d’assurance-médicament et, la seule fois où j’ai eu besoin d’une prescription, j’ai payé le 20$ en fermant ma gueule.

Mon frère était dans une situation similaire mais, contrairement à moi, il a donné suite aux supplications de la "madame de Jean Coutu" pour s’inscrire.

Les documents trainaient à la maison, et je viens de lire qu’il est non seulement illégal de ne pas avoir d’assurance mais en plus, si on se déclare, Revenu Québec nous facture les mois où on n’était pas assuré!!!!!

Admettons qu’ils le fassent vraiment, ma crème pour le pied d’athlète à 20$, elle va me revenir à combien?

Je paie déjà l’illégitime SAAQ, je bois à l’illégitime SAQ, je cotise à ce trou sans fond de RAQP qui ne me donnera rien car je doute avoir des enfants dans cette province liberticide et pauvre…. alors non, l’assurance-médicament je passe mon tour!

7 Responses to “Moi, dangereux criminel”


  1. 1 matvail2002 Vendredi, 2 juillet 2010 à 17:41

    Tu cotises à la SAAQ.
    Tu donnes au monopole de la SAQ.
    Par contre, tu oublies de cotiser à la RAMQ?
    La SQ va aller te chercher! lol!

  2. 2 Jeff B. Vendredi, 2 juillet 2010 à 19:25

    Par un croisement de liens entre blogs, j’ai découvert le vôtre récemment. Une lecture intéressante de façon régulière, félicitations.

    Pour ce qui est du sujet de ce billet, votre situation est effectivement illégale et grand malheur à vous, c’est le commando d’élite du gouvernement que vous aurez à vos trousses, aussi connu sous le nom de Revenu Québec. Dans le rapport d’impôt annuel, on nous demande prouver être couvert par une assurance-médicament privé, sans quoi on nous facture allégrèment. Je suis passé par là malheureusement… Et gare à vous si vous n’obtempérez pas, tout le monde est criminel avant d’être jugé aux yeux de commando d’élite armé du pouvoir de geler nos avoirs !

  3. 3 Bertrand Samedi, 3 juillet 2010 à 12:09

    Disons que l’assurance, c’est un concept qui va de pair avec le concept de collectivité. Le jour où vous passez au feu, c’est l’ensemble des contributeurs assurés qui paient pour vos dommages. Mais si vous ne passez jamais au feu, votre assurance n’aura été qu’une dépense sans rendement pour vous. Question de probabilité.

    La santé, et les médicaments par ricochet, est une loterie. Loterie génétique, loterie parentale, loterie environnementale, loterie des accidents. Qu’on collectivise les risques, ce n’est pas irrationnel ni liberticide; c’est la nature même de l’assurance. Mais que vous choisissiez de vous tenir en retrait de cette collectivisation des risques parce que, pour l’instant dans votre cas, la santé est bonne, c’est simplement vouloir être profiteur parce que vous avez la certitude qu’au moment où la maladie se présentera, l’assurance vous prendra en charge. C’est comme de vouloir payer ses primes d’assurance-feu seulement si on passe au feu.

    Ceux qui détiennent une assurance collective avec leur emploi, ils n’ont pas plus le choix d’adhérer ou non à leur assurance-médicaments.

    Vous n’êtes pas un dangereux criminel, comme vous dites, vous êtes un profiteur qui s’ignore…

  4. 4 derteilzeitberliner Samedi, 3 juillet 2010 à 22:24

    L’assurance collective est volontaire. On voit par exemple, un conjoint s’inscrire sur l’autre au lieu de prendre la sienne car mieux adaptée.

    Dans quelques mois, j’aurai droit aux assurances de mon employeur actuel et je vais les prendre. Parce que je considère que j’en ai plus pour mon argent qu’avec le monopole étatique de la RAMQ. Voilà tout. Si je pouvais faire la même chose avec la voiture, je le ferais!

    En Allemagne, j’étais obligé d’être assuré pour la santé mais je pouvais choisir parmi une tonnes de programmes pour le faire. C’est toute la différence avec le système monolithique québécois.

    Profiteur? Ce n’est pas demain que vous me verrez pourrir à attendre un quelconque chèque du bs, de la SAAQ ou de la CSST. Ça, monsieur, c’est être profiteur!

  5. 5 Bertrand Samedi, 3 juillet 2010 à 23:26

    @ derteilzeitberliner

    Ne jouons pas sur les mots, être obligé de prendre l’assurance collective de son propre employeur ou celle de son conjoint, c’est du pareil au même. L’idée étant que le principe de l’assurance collective est obligatoire pour collectiviser le risque.

    Vous dites avoir eu de multiples choix en Allemagne. Rien ne vous empêche de vous magasiner une assurance-médicaments personnelle au Québec, et pourvu que la couverture réponde à certaines conditions, vous n’aurez pas à souscrire au régime public. Vous avez le choix. Auriez-vous voulu que le gouvernement magasine pour vous en plus ?!

    Mais pour l’assurance-maladie, je vous l’accorde, il y a un seul modèle au Québec, celui de la RAMQ. Seul parce qu’on ne peut en être exempté, contrairement à l’assurance-médicaments. Mais justement, votre billet portait sur l’assurance-médicaments et non sur l’assurance-maladie…

    Heu… Vous considérez vraiment les accidentés du travail indemnisés par la CSST comme des profiteurs ?!

  6. 6 derteilzeitberliner Dimanche, 4 juillet 2010 à 12:22

    Non, l’existence même de la CSST ne m’empêche pas de dormir. Cependant, quand je vois mon voisin poser sa corde à linge ou faire son patio à minuit pour ne pas se faire prendre, je me pose quelques questions sur leur grille d’indemnisation.

    Et avant que vous en parliez, oui je suis contre la SAAQ pour la même raison. Oui, son monopole me dérange mais le no-fault est une aberration. Ces Afghans qui ont tué leurs enfants dans une auto à Kingston ont reçu de l’argent de la SAAQ, tout comme des gens qui ont tué sur la route en était en facultés affaiblies.

    J’aime beaucoup la culture de la responsabilité au Danemark. Par exemple, les membres du CA de Danmarks Radio qui ont dépassé les coûts lors de la construction du DR-Byen ont été congédiés.

  7. 7 Gilles Laplante Lundi, 5 juillet 2010 à 10:24

    @Bertand
    Faux. Si vous êtes un retraité du SPGQ, vous devez conserver le régime d’assurance médicaments très onéreux que vous aviez en tant que travailleur jusqu’à l’âge de 65 ans. Après, vous n’avez le choix qu’entre conserver cette assurance, qui devient encore plus onéreuse, ou le régime publique. À moins d’être travailleur autonome, et ici j’ai même un doute, personne ne peut souscrire à un régime privé d’assurance médicament.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juillet 2010
D L Ma Me J V S
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: