Archives de 22 juillet 2010

Savoir se retirer

Si vous connaissez mon travail, personne ne peut m’accuser de favoriser mes propres intérêts en écrivant ce billet.

À Drummondville, les Légendes Fantastiques se terminent cette année après 13 ans faute de public. À Saguenay, après 22 ans, la nouvelle formule de La Fabuleuse ne lève pas trop et on se demande si ce n’est pas la dernière année. À l’équipe du nouveau spectacle à Sherbrooke, on livre un avertissement: ça marchera pas.

Les demandes de chèques sont à peine voilées tandis que, d’autre part, on accuse Québec et Montréal de concurrence déloyale encouragée par le Ministère du Tourisme.

Moi, je demande plutôt: et si les subventions à toutes ces organisations n’étaient pas un frein à leur créativité? Quand le chèque est passé, plus besoin de soucier de rien. Plus facile de prendre l’argent public que de se forcer pour continuer d’en faire, plus facile d’accuser les voisins d’être déloyal que de chercher à attirer des gens.

Et puis, règle générale, il faut savoir se retirer. De toute façon, quand les régions ont de beaux attraits, les gens viennent pareil.

Schadenfreude

Article dans le Berliner Morgenpost: Amazon se ruine avec les rabais

Connaissant la relation amour-haine de certains Allemands envers les grosse compagnies, qui supposément dénaturent le commerce, je ne peux pas m’empêcher de penser que quelqu’un se réjouit de voir Amazon perdre des plumes après avoir rongé dans ses marges de profit (ce qui la regarde) pour dominer le marché.

Mais est-ce que ça se fera au profit des libraires du coin, comme aiment bien ces gens, ou les autres chaines? Pas sur que ce se fera dans le "bon" sens…

Compter les moutons…

Je suis un peu fatigué mais, comme LCS m’a provoqué plus tôt, je vais tenter d’articuler quelque chose sur le scandale du recensement long

Les "AP" sont repartis. Les Aveuglés Partisans, ceux qui déchirent leur chemise pour un rien à chaque toussotement du gouvernement "idéologique" conservateur. Encore une fois, la décision d’abolir le formulaire du recensement long donne lieu à toutes sortes d’histoires d’horreur dans les médias. Donnez aux citoyens la liberté de remplir ou non ce questionnaire serait, aux dires de certains, antidémocratique et remettrait en question les fondements de notre société.

Cet aveuglement partisan fait en sorte que, par exemple, PERSONNE n’a relevé que de nombreux pays aussi antidémocratiques que l’Allemagne, l’Islande, le Danemark, bref des social-démocraties "exemplaires" ont aboli purement et simplement les recensements et que, malgré cela, les gouvernements connaissent la couleur des bobettes de tous leurs citoyens, en témoigne l’éventail de donnés disponibles sur le site de Hagstofa Íslands pour ne donner qu’un exemple (ceci pourrait faire l’objet d’un autre billet).

L’argument principal de Luso-Canadien Socialiste est l’éthique de la statistique, compromise par le caractère non obligatoire du questionnaire long. Selon moi par contre, on peut certainement se demander ce qu’il y a d’éthique à utiliser des menaces d’amendes et d’emprisonnement pour collecter les données.

Mais, de toute façon, le débat n’est pas là. Le gouvernement fédéral pose légitimement la question: l’État collecte-t-il trop de données sur nous. Voilà.

Si on veut, on peut même se demander ce qu’il fait avec tout ça. Les bonnes âmes, les étatistes naïfs nous diront que c’est pour mieux administrer les programmes sociaux qui enrégimentent nos existences. Un échange sur Twitter m’a appris que les données de StatCan peuvent finir dans des études de marché, s’en étant lui-même servi pour déterminer où il ouvrirait son bureau.

Permettez-moi de souligner l’incohérence entre les plaintes pour atteintes à la vie privée de Facebook et Google, quand nos statisticiens fédéraux arrondissent leurs fins de mois en disant à Rona que tant de maisons n’ont pas été rénovées.

En plus, cette radiographie du Canadien 101 est une source intarissable pour nos politiciens qui ne manquent jamais d’imagination pour s’incruster dans nos vies, tout comme tous ces lobbys et groupes d’intérêts qui vivotent de subvention en subvention et dont l’existence est dûe à tel ou telle ligne.

Et, je le répète, les permis de conduire, les cartes d’assurance-maladie, passeports sont autant de manière pour nos bons dirigeants de connaitre notre ADN. Même sans avoir eu affaire à eux, tout le monde sait que l’impôt connait l’endroit où est allée chacun de nos cennes noires. Sans oublier les questions des douaniers à nos retours de voyage…

Que le recensement retourne donc à sa mission première: compter les habitants du Canada. Le reste, l’État est capable de le savoir anyway…


juillet 2010
D L Ma Me J V S
« juin   août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: