Critiquer les journalistes: un tabou

La communauté journalistique danoise est en émoi depuis une semaine avec le début d’une nouvelle série sur DR2 qui examine une page peu reluisante dans l’histoire de leur profession: la couverture de l’Europe de l’Est à l’antenne de DR, alors monopole d’État, des années 60 à 80. Titre: Jagten på de røde lejesvende, "La chasse aux mercenaires rouges" (émission en ligne ici).

Jacob Rosenkrands confronte les journalistes de DR avec leurs reportages télé (Tv-Avisen) et radio (Radioavisen) des "belles années" du socialisme et du communisme. Soit dit en passant, la salle des nouvelles n’était pas la seule division "infiltrée": on parle aussi du département des émissions pour enfants! Les vidéos d’archives sont éloquents: la télévision est-allemande n’aurait pas pu produire un reportage aussi propagandiste sur le pays que celui réalisé par DR sur le 30ième anniversaire de la république, par exemple. On raconte aussi qu’un reportage critique de Karsten Pharao avait suscité la colère dans la salle des nouvelles!

C’est d’autant plus intéressant comme discussion qu’à l’époque, les Danois n’avaient que DR comme radio et télévision alors autant dire qu’une génération entière n’a eu que ce matériel pour se faire une idée du monde.

Par contre, selon moi, le plus intéressant n’est pas l’exercice télévisuel. C’est la controverse qui en découle. En réveillant de vieux démons, DR dérange. Elle a même une poursuite sur le dos.

L’ancien correspondant Jens Nauntofte s’est tellement senti blessé d’avoir été appelé "mercenaire rouge" qu’il actionne son ancien employeur devant le Conseil de Presse. Dans le premier épisode, on le voit qualifier le départ des Américains du Vietnam de "libération" et on apprend qu’il soutenait financièrement l’OLP!!!!!

D’autres ont affirmé que l’exercice est une chasse aux sorcières, on dit que la méthode est malhonnête… Sans trop de surprise, le quotidien de gauche Information endosse totalement ceux qui s’en prennent au journalisme pratiqué il y a 40 ans. Kjeld Koplev endosse toujours son travail d’alors et estime être victime d’une inquisition contre la gauche. Leurs anciens boss sont avec eux, en plus.

"Que voulez-vous, c’était comme ça partout! Pourquoi le Danemark devrait s’excuser si les autres le font pas?" disent d’autres!

Samuel Rachlin, aujourd’hui un ancien de DR aujourd’hui au CEPOS, affirme dans une lettre publiée dans Politiken (ici) démontre superbement "l’idotie de la gauche" et l’incapacité des journalistes à accepter la critique de leur métier. Concernant le premier point, il souligne que l’infiltration de DR par les marxistes est représentative de l’époque où les sympathisants communistes étaient de toutes les organisations au Danemark.

Soulignons aussi l’optimisme de Kenneth Plummer, DR de Danmarks Radio, qui est convaincu que ça ne pourrait plus se reproduire. Peut-être, mais seulement peut-être: de nos jours, c’est plus subtil!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




septembre 2010
D L Ma Me J V S
« août   oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: