Archives de 2 octobre 2010

Québec, Islande, Corruption

« Si les pays scandinaves sont en tête du classement de Transparency International, c’est que, forcément, plus l’État est gros, moins il est corrompu. » C’est grandement en partie sur cette conclusion que se basent de nombreuses personnes, dont Jean-François Lisée et Louis Préfontaine, pour rejeter du revers de la main le désormais célèbre article de magazine Maclean’s.

Tout à l’heure, j’ai regardé la couverture de la manifestation devant l’Althing et j’ai vu les mêmes slogans que depuis 2008: contre la corruption. Depuis 2 ans, je lis régulièrement, dans la section « Daily Life » d’Iceland Review, des passages selon lesquels l’Islande serait une société rongée par la corruption.

Or, un coup d’oeil au classement de TI et l’Islande obtient le même score que le Canada: 8.7 sur 10, ce qui indique que la corruption dans les deux endroits serait un phénomène marginal.

On ne parle pas d’enveloppes brunes en Islande. On parle de relation incestueuse entre le secteur privé, en particulier financier, et la classe politique trop heureuse de se gonfler l’égo en se frottant à ces banquiers. Et qui s’est fait pognée solide en octobre 2008.

Mais dans les deux cas, ici et là-bas, on a une population qui est forcée de constater que le trafic d’influence à l’intérieur de l’État est endémique. Phénomène qui ne semble pas reflété dans les rapports de TI sur lesquels se basent nos joyeux modélistes…

Je ne dis pas qu’il faut rejeter complètement le travail de Transparency International. Seulement, à la lumière de ce qu’on entend, mieux vaut rester prudent et ne pas tout gober.

3000 huées, 63 désavoués

Début de la 139ième année parlementaire à l’Althing ce vendredi. Au programme, le même décorum depuis 139 ans: la messe suivie du discours inaugural du président (ok, avant 1944 c’était le représentant du Danemark).

Avec un petit extra cette année: 3000 manifestants sur la place Austurvöllur. Une foule en colère contre ces députés qui ont refusé d’envoyer 3 des leurs au tribunal. On a lancé des oeufs, des roches, des clés de voitures* sur le bâtiment mais aussi sur les députés, le président, les prêtres… La police a dû utiliser des gaz lacrymogènes pour renvoyer tout le monde chez eux.

Ce sont de telles scènes qui font dire aux Islandais qu’ils ne reconnaissent plus leur pays.

Aukafréttir
Fréttir kl 19
Vidéo mbl.is


octobre 2010
D L Ma Me J V S
« sept   nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :