Archive Page 2

Le monde parallèle de Margot Honecker

Après 20 ans d’exil au Chili, l’ancienne première dame est-allemande revient dans les médias. En février dernier, les Allemands ont pu découvrir le journal de détention d’Erich Honecker – celui-ci fut détenu 169 jours en 1992/1993 avant qu’on lui permette de s’envoler vers Santiago.

En mars, ce fut au tour de madame de parler. Elle s’est confié à Frank Schumann, publiciste berlinois dont les sympathies communistes sont bien connues, et ses déclarations dans le livre « Zur Volksbildung » (« Sur l’éducation populaire ») et le documentaire « Der Sturz » donnent froid dans le dos. Une chose est certaine, elle n’est pas prête de changer d’idée!

Même si l’Histoire en a décidé autrement, Margot Honecker continue de défendre la RDA coûte que coûte. Rien à faire, elle ne trouve rien à redire: la République Démocratique Allemande n’était pas une dictature. Elle n’a aucune pitié pour les victimes du Mur de Berlin, disait qu’ils avait juste à ne pas sauter! Elle légitimise le travail de la Stasi, affirme que les opposants au régime communiste étaient une 5ième colonne de l’Ouest. Une citation succulente pour expliquer le mécontentement: « Dans chaque État, il y a des gens qui ne sont pas d’accord avec tout ce que l’État leur dit de faire »

Celle qui fut ministre de l’éducation de 1963 à 1989 était visiblement absente quand l’auto-critique est passée. Elle nie que le système scolaire est-allemand eut servi à l’endoctrinement des enfants de la RDA, elle préfère dire que les écoles de la RDA ne devaient pas servir à éduquer des opposants ou des « suiveurs désintéressés »…. Le groupement PQ/QS/CLASSE/FEUQ/FECQ/CSN/FTQ/CSQ est fier de vous donner raison!

Fokus « La RDA représentait l’idéal de l’humanité »
Fokus « Peut-être qu’Eva Braun vit encore »

ARD n’ayant pas mis le documentaire en ligne, un anonyme s’en est chargé sur Vimeo.

Landsdómur: une tape sur les doigts

Malgré les bonnes intentions et le spin de la gauche (ici un texte de L’Humanité), le verdict du procès de Geir H. Haarde, rendu le 23 avril dernier, nous oblige à demander si le jeu en valait réellement la chandelle.

Car si le système judiciaire islandais s’est bien efforcé, depuis 2009, de trouver des coupables dans l’effondrement des banques, aucun des banquiers s’étant fait passer les menottes ne croupit dans une cellule.

Ainsi, l’ancien premier ministre conservateur a été acquitté de tous les chefs d’accusation, sauf un. Punition: AUCUNE. Étrangement, la presse internationale de gauche a cessé de parler de l’Islande dès ce moment.

Ce qui nous ramène au principal intéressé, qui continue de clamer au haut et fort qu’il a été victime de ses opposants politiques qui cherchent à prendre leur revanche. Disons qu’il n’a pas vraiment tort…

Voici d’ailleurs ce qu’il affirmait au magazine Kastljós le soir de son acquittement.

Steingrímur J. Sigfússon* dit que je méritais d’être poursuivi pour avoir vendu des biens de l’État sans autorisation. Quelle autorisation avait-il, en 1990, quand il a vendu des terrains de l’Église à Ölfus?

À ce titre, faudrait-il que les élus poursuivent leurs prédécesseurs qui n’ont pas fait comme ils voulaient? C’est un terrain glissant, voire dangereux.

De même, considérant la punition, force est d’admettre que les États-Unis demeurent le meilleur pays pour traduire un criminel en cravate en justice. Demandez à Conrad Black!

*Chef du Parti Gauche Vert. Était en 1990 ministre de l’agriculture. En Islande, l’Église Luthérienne n’est pas séparée de l’État.

Le rouge et le noir: Ungdomshuset

Street war

Les émeutes entourant la fermeture et la démolition de la Ungdomshuset de Copenhague, en 2006 et 2007, sont possiblement l’évènement qui nous en apprend le plus sur l’anarco-communisme et, par ricochet, peuvent nous servir d’avertissement sur ce qui attend Montréal si le mouvement étudiant en venait à se radicaliser.

Facile de lier les deux évènements, à mon avis. Parce qu’ils proviennent de la même prémisse de base, à savoir que la société doit quelque chose à ces individus.

Après des années de démarches judiciaires contre les squatteurs qui occupaient Ungdomshuset, la Municipalité de Copenhague a fini par envoyer les forces de l’ordre afin d’en évincer les occupants en décembre 2007. De violentes émeutes sont survenues, même chose en mars quand on a procédé à la démolition du bâtiment.

Les images ne sont pas très belles mais, si on observe bien, on voit que les costumes ressemblent à ce qu’on a vu chez nous et que les slogans sont très similaires à ce que l’on voit chez les confrères et consoeurs de Gabriel Nadeau-Dubois.

Sur Youtube, une simple recherche nous ramène des vidéos filmés par les anarchistes où on dénonce la « répression », le « fascisme »… Le Danemark serait un pays fasciste, vraiment?

Mais cela ne vous rappelle pas ce qui s’écrit sur la SQ et le SPVM sur les réseaux sociaux alimentés par les membres de la CLASSE?

Les membres de la CLASSE jugent légitimes de recourir la violence afin d’obtenir la gratuité scolaire, tout comme leurs confrères danois ont mis Nørrebro sans dessus dessous pour demander que la Municipalité de Copenhague leur fournisse un édifice où ils pourraient vivre dans leur utopie anarchiste.

Encore étonnant que le Québec découvre à peine à qui on a affaire.

Le rouge et le noir: Berlin

Le 1er mai 1987, des anarco-communistes provoquaient une émeute dans le quartier Kreuzberg. Cette année, la tradition célébrait son quart de siècle avec, comme à l’habitude, son cocktail de slogans révolutionnaires, de saccage et de violence. Des 7000 policiers en service mardi dernier, 124 ont été blessés, et on s’est réjoui qu’il y ait eu moins de casse et d’arrestations que par les années précédentes.

Malgré tout, nous dit le maire de Berlin, ce n’est pas une raison pour célébrer. Ce weekend, on a lancé un cocktail molotov dans une voiture de police. Le même soir, on a aussi vu une attaque, par une trentaine de personne, d’un chantier de construction. Aussi, les autorités ont révélé que, le soir du 1er mai, en marge de la « Marche Révolutionnaire », on a saisi des bombes.

Les anarco-communistes berlinois sont bien connus des services de renseignement. Quand on vit dans l’arrondissement Friedrichshain-Kreuzberg (quelques images), on s’habitue à leurs graffitis, leurs tracts. On ne se surprend pas de voir la police intervenir lorsque leurs actions contre la gentrification du voisinage débordent et on sait se tenir loin de leurs bars et leurs immeubles.

Comme dans les banlieues françaises, le feu semble être leur arme favorite – on ne compte plus les incendies de véhicules (symboles de richesse!!!) à Berlin. McDo s’est tenu loin de Kreuzberg pendant des décennies, de peur d’être victime d’un attentat.

On finit par rire et hausser les épaules quand on voit, dans les journaux, leurs échauffourées avec les Nazis. Que les cons se battent entre eux, peut-être finiront-ils par s’exterminer mutuellement.

Mais tout le monde à Berlin sait qu’ils sont dangereux. Ils sont nombreux à trouver que les autorités ne les surveillent pas assez, ne prêtent pas assez attention à leurs activités, accusant la gauche de fermer les yeux sur la violence.

Ceci dit, reculons de 40 ans et comparons la Rote Armee Faktion au FLQ: le FLQ obtient immensément plus de sympathies au Québec que les terroristes Baader-Meinhof en Allemagne.

Et si ça expliquait pourquoi personne ne s’attarde à la violence prônée par les anarco-communistes de la CLASSE?

Le rouge et le noir: Islande, 2008

Décidément, on n’en sort pas. Un an plus tard, on me parle encore de ces textes d’extrême-gauche à saveur conspirationniste où, d’un côté, une révolution populaire aurait renversé le capitalisme en Islande et où, de l’autre, les méchants journalistes cacheraient cette nouvelle au monde entier.

Pas de problème à m’attarder à remettre les pendules à l’heure sur cette lecture douteuse des évènements. Mais qui aurait crû qu’il y aurait un lien à faire avec la grève étudiante au Québec?

Comme le Québec de 2012, l’Islande de 2008 n’avait à peu près jamais connu de période de manifestations populaires de masse. Il était tout à fait compréhensible qu’une partie de la population se lève pour exprimer sa colère à l’endroit des politiciens, et je pense qu’il était logique que le gouvernement cède sa place comme ce fut le cas.

Mais j’aimerais qu’on revienne sur ces manifestations, de novembre 2008 à janvier 2009, afin de voir qui y était. Observez bien les symboles et les slogans, on a affaire à des anarco-communistes comme nos amis de la CLASSE.

Burt Með Davið Protest
Burt Með Davið Protest
Rjúfum Þögn Ráðamanna !
Burt Með Davið Protest
Rjúfum Þögn Ráðamanna !
Vík Burt Ríkistjórn-Kosningar-strax
Vík Burt Ríkistjórn-Kosningar-strax
Freedom fighter
Flags
Banner flags
Down with Capitalism: Justice must rise

Le 8 décembre 2008, une trentaine d’anarco-communistes réussissent à entrer au parlement islandais. Neuf d’entre eux seront arrêtés pour avoir attaqué le parlement, une accusation qui vaut de 1 à 16 ans d’emprisonnement selon le droit pénal islandais. Ils seront finalement acquittés mais l’affaire nous en apprend beaucoup sur qui sont ces gens – ils sont liés à divers mouvements d’extrême-gauche, tels ATTAC ou encore le groupe écologiste à « action directe » Saving Iceland. La simple lecture de ce document nous plonge directement dans les mêmes pensées que les gens se réclamant de la CLASSE dans nos institutions d’enseignement supérieur – je me rappelle très bien leurs discours pendant mes années en science politique à l’UQAM!

Je ne me souviens pas d’avoir entendu de dénonciations claires de ces groupes par les médias islandais, tout comme on ne semble pas voir la menace au Québec. Nous sommes loin de l’Allemagne, où la violence politique est une calamité quotidienne, et où nos anarchistes de sciences humaines seraient fichés.

Si c’est au moins la seule leçon apprise de la grève de 2012… Avec des Nazis qui emménagent au parlement grec, la menace contre la démocratie libérale devient de plus en plus tangible.

En complément

La France, trop à gauche pour les Allemands

À 3 jours du second tour de la présidentielle française, la chaîne ARD a demandé aux Allemands, dans le cadre de son sondage mensuel « DeutschlandTREND », qui souhaitent-ils voir à l’Élysée.

50% des Allemands souhaitent la réélection de Nicolas Sarkozy. Sans trop de surprise, les électeurs conservateurs CDU/CSU choisissent Sarko à 76% mais même la gauche allemande lui accorderait sa confiance: 55% des Pirates, 43% des Verts et 42% des sociaux-démocrates – seuls les supporters du Linke voteraient pour le candidat socialiste François Hollande, à 66%.

Parallèlement, le sondage de la chaine publique s’est intéressé à l’opinion des Allemands sur le Pacte Fiscal Européen, l’ensemble des mesures d’austérité budgétaire chèrement défendues par Angela Merkel. Là encore, il semble faire l’unanimité: 55% des Allemands choisissent l’austérité à des mesures de croissances financée par l’endettement public.

Là encore, Linke fait cavalier seul. Ses supporters sont les seuls à supporter majoritairement, à 68%, un accroissement de la dette publique pour raviver l’économie de la Zone Euro. Du côté des autres partis, s’ils sont encore 39% des électeurs du SPD à choisir l’option keynésienne, moins de 30% des votants de la CDU, des Verts et des Pirates sont d’accord.

De quoi bien confirmer l’illibéralisme de la France!

Berliner Morgenpost

RQAP et SAAQ: Quand chaque sou compte

Le 26 avril, Revenu Québec déposait dans mon compte un montant de 136.51$ à titre de remboursement d’impôt pour 2011. J’avais à peine vérifié la présence du dépôt chez RBC que je recevais mercredi 2 mai une autre lettre, datée du 30, me demandant un paiement de 111.91… dû pour le 30 avril.

J’aimerais bien que l’on m’explique pourquoi les fonctionnaires n’ont pas tout de suite calculé leur dû mais bon, on repassera, l’important pour moi est de ne pas payer un sou d’intérêt sur ce solde réclamé sans aucune période de grâce.

Cher ministère du revenu, laissez faire les phrases langoureuses. J’ai déclaré mes (faibles) revenus par honnêteté, pour ne pas disparaître du système. Je me console à l’idée que ma petite contribution finisse dans un versement sur la dette, n’ayant plus droit aux services publics québécois. Parallèlement, même si le chiffre est honteusement trop bas, il n’en demeure pas moins que c’est ma meilleure année à vie: Avant de travailler 70 heures par semaine à la moitié du salaire minimum, je n’avais jamais réussi à me trouver d’emploi à temps plein!

Je constate cependant que Québec se sert allègrement de ma déclaration d’exilé pour renflouer ce monstre déficitaire qu’est le Régime Québécois d’Assurance Parentale. On a même pris la peine de souligner que l’on calcule ce montant sur des revenus de travail provenant de l’extérieur du Québec.

C’est le deuxième coup de la sorte que me fait la Grèce de l’Amérique en une semaine. Lundi après-midi, la SAAQ m’a facturé 12.20$ de « frais » pour avoir renouvelé mon permis de conduire 40 jours en retard parce que je n’étais pas au Québec. La SAAQ n’est-elle pas un autre monstre déficitaire?

Intéressant, d’ailleurs, de comparer les 5 lettres me suppliant d’aller prendre ma photo à la SAAQ avec les 2 m’enjoignant à obtenir ma nouvelle carte d’assurance-maladie: on est beaucoup plus intéressé à aller collecter des revenus d’un citoyen que lui rappeler qu’il est une source de dépenses s’il est malade.

Quand on a des finances aussi exécrables que le Québec, chaque sou compte. Et de toute manière, de quoi je me plains, l’important, c’est d’être heureux comme peuple, n’est-ce pas Raymond?


octobre 2014
D L Ma Me J V S
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :