Posts Tagged 'guerre au terrorisme'

Attentat de Stockholm: SVT dormait-elle?

L’histoire du premier attentant-suicide à survenir sur le territoire scandinave (eh oui, si grand!) passera sans doute à l’histoire comme du terrorisme amateur, l’explosion n’ayant tué que le kamikaze lui-même dans une rue déserte.

Fort possible, cependant, que des questions soient posées à Sveriges Television pour son manque de réaction face à l’évènement.

Vrai que le samedi soir n’est jamais le bon moment pour une « breaking news » à la télévision suédoise, mais la chaîne publique a carrément manqué le bateau.

Donc, l’incident survient à 16:50 en plein centre-ville de Stockholm. Pas Saint Glin-Glin entre les frontières finlandaise et norvégienne, mais quelques kilomètres seulement de la « TV-Hus ».

À 18:00, soixante-dix minutes après l’explosion, Rapport sur SVT1 ouvre avec Cancun. Ce n’est qu’après ce reportage, dont à 18:03, que la présentatrice prend la peine d’informer les auditeurs de l’explosion, mais n’en parle pas plus que 30 secondes.

19:30, deuxième édition de Rapport sur SVT1. L’infographie d’ouverture a encore Cancun, sauf que cette fois on nous passe directement l’attentat. Un résumé sur quelques images, un clip du porte-parole de la police. 44 secondes!

Pourtant, à 19:00, TV4 Nyheterna n’a pas niaisé avec la puck comme on dit: pratiquement un tiers du bulletin de nouvelles de 19:00, en ouverture, a été consacré à l’attentat. Un direct, plusieurs images, bref un bon 5 minutes.

SVT s’est certes rattrapée plus tard dans la soirée, incluant un « Extra Rapport » à 23:45, ainsi que dimanche mais franchement, on n’a pas bougé avant qu’il soit clair qu’il s’agissait d’un attentat terroriste et non d’un simple fait divers. Or, deux explosions d’auto dans une ville aussi relax que Stockholm, ça devrait attirer l’attention des médias, non?

Évidemment que je sais combien, en Europe, la télévision, en particulier publique, regarde de haut les faits divers et normalement je fais de même, mais je ne peux m’empêcher de rire en voyant comment SVT a laissé passer l’histoire samedi avant de nous passer un article, très en vue sur son site web, sur comment Stockholm a eu l’attention des médias de partout dans le monde ce weekend.

Pour des gens qui pensent que couvrir des faits divers c’est voyeur, méchants attention whores!

Bombe du Yémen dans l’avion UPS: A beau mentir qui vient d’ici?

Le chauvinisme médiatique viendrait-il d’être exposé?

On a appris aujourd’hui que si la police britannique n’avait pas intercepté les colis piégés en provenance du Yémen, c’est nul part ailleurs qu’au dessus du Québec que le colis aurait explosé. Presque trop beau pour être vrai auprès de notre peuple attention whore.

J’ai par contre remarqué que la thèse ne fait pas l’unanimité. Oublions les « over Canada » de la presse canadienne-anglaise, je parle des médias américains et européens qui semblent plus enclins à situer l’explosion au-dessus de la côte est des États-Unis.

L’explication? Les deux sont possibles, selon la route prise par l’avion, qui varie de joue en jour tel que dit ici.

Sur Twitter, Luc Dupont m’a dit combien le concept de proximité est central en communication. Dois-je en conclure que les médias doivent truquer les faits pour attirer le public et qu’il trouve ça correct?

Ce qui me choque vraiment n’est pas tant le spin de plus ou moins 500 km dans le texte, mais qu’un même médias sorte une version différente selon la langue. Le texte de l’AFP sur Cyberpresse parle de Québec, celui en allemand dans le Berliner Morgenpost parle de côte est.

D’ailleurs, même le site québécois Branchez-vous parle des États-Unis et pas du Québec.

Peu importe, faut être loser en maudit pour se foudre du terrorisme parce qu’il se produit uniquement ailleurs que chez nous…

Qui a dit…

« When South Park got threatened last week by Islamists incensed at their depiction of Muhammad, it served — or should serve — as a reminder that our culture isn’t just different than one that makes death threats to cartoonists. It’s better. » In his defense of the First Amendment and other Americal civil liberties, Maher — who made the film « Religulous » — continued: « The Western world needs to make it clear: Some things about our culture are not negotiable. And can’t change. And one of them is freedom of speech, Separation of church and state is another. »

Bill Maher

Allez la gauche, on arrête de se cacher et on défend la liberté

Échangerait dette contre détenus…

La suggestion de David Hale pour régler le différent sur Icesave entre l’Islande et le Royaume Uni et les Pays Bas:

A mutually satisfactory solution for Iceland and Obama

By David Hale

Published: February 1 2010 02:00 | Last updated: February 1 2010 02:00

There can be little doubt that Iceland was the greatest casualty of the global financial crisis of 2008-09. There was a run on the nation’s banks, which caused all three of them to go bankrupt. Unemployment has skyrocketed and inflation has risen sharply because of a plunge in the value of the currency. McDonald’s has closed its three restaurants on the island because of the high cost of importing food supplies.

The crisis has also left a legacy of debt. The European Union wants Reykjavik to repay retail depositors in the UK and the Netherlands for $5.6bn (£3.4bn, €4bn) they had deposited in Icelandic banks. As Iceland is trying to join the European Union its parliament agreed to pay, but the president vetoed the bill because of public anger. Sixty thousand people signed a petition against repaying the deposits with government money. They feared such a large debt because gross domestic product is only $12bn.

The global press and recent books have portrayed the Icelandic disaster as a financial event. It actually should be classified as a geopolitical event because of Reykjavik’s special relationship with the US. Iceland entered the 20th century as a Danish colony and the Danish king was head of state. When the Nazis occupied Denmark in 1940, Iceland appointed a regent in his place. The US occupied Iceland in 1942 and the country declared itself a republic in 1944. The US built a major air and naval base at Keflavik. When the war ended, the base stayed open because the US used it to monitor the Soviet navy in the north Atlantic. The US closed the base four years ago because of the end of the cold war.

There is an old geopolitical tradition that countries with US military bases never default. This was last upheld in South Korea 13 years ago. In 1997, there was a run on Korea’s banking system by foreign investors and foreign exchange reserves were nearly exhausted. Default appeared imminent but the US promptly intervened to stage a rescue. The International Monetary Fund immediately offered financial assistance. Robert Rubin, the Treasury secretary, and Alan Greenspan, Federal Reserve chairman, spent the Christmas holiday calling bankers all over the world to request that they roll over Korean loans.

If the US had not closed the Keflavik base, Iceland would have experienced a similar rescue. The IMF would have offered assistance as soon as the currency began to weaken. Treasury secretary Hank Paulson and Fed chairman Ben Bernanke would have called for European banks to maintain credit lines. The Pentagon would have told Her Majesty’s Treasury it could not invoke an anti-terror law to seize the assets of the island’s largest banks. The credit rating would have been stable and there would have been no run on the banks. On the contrary, Kaupthing Bank might have taken advantage of the global financial crisis to launch a takeover bid for Royal Bank of Scotland.

The challenge for Iceland today is to reopen the US base. It would no longer have a military function but could be an ideal solution to President Barack Obama’s problem of where to place the Guantánamo prisoners. The US has offered Palau $200m to accept 13 prisoners. Bermuda accepted a few to protect its status as a tax haven. The US could show its appreciation to Reykjavik for hosting prisoners by allowing its banks to join the troubled asset relief programme. The US Treasury could cover the cost of repaying Iceland’s retail deposits in the UK and the Netherlands with just one-half of the profit it made on its Goldman Sachs shares. As the prisoners come primarily from Afghanistan, they would probably prefer Iceland’s cooler climate to the tropical heat of Cuba.

Rahm Emanuel, White House chief of staff, said in November 2008 that the US should not waste a good financial crisis. He was referring to the opportunity that the crisis created to increase federal spending on long-cherished Democratic programmes. His statement could also apply to foreign policy and Guantá-namo. The American people do not want any suspected terrorists in their backyard. There are less fortunate countries that would accept Guantánamo prisoners in return for cash. Iceland is ideal to play such a role because it was the closure of a US military base that allowed its financial collapse. Iceland could escape from default and depression if the base were to reopen. The writer is chairman of David Hale Global Economics

Copyright The Financial Times Limited 2010. You may share using our article tools. Please don’t cut articles from FT.com and redistribute by email or post to the web.

S’ils ne sortent pas de la base, qu’ils sont gardés, je ne vois pas le problème. Mais si c’est pour les laisser libre en pleine nature, je ne peux que leur souhaiter d’être mangés par les ours polaires!

Via Visir.is

Manqué par Al-Qaïda

Si j’en crois cet article du Berliner Morgenpost, j’aurais pu finir mes jours comme cible de Ben Laden en personne.

En effet, les autorités allemandes ont intercepté plusieurs tentatives d’attentats sur Berlin notamment quelques semaines avant mon arrivée. Parmi les lieux visés, le Gesundbrunnen Center – mon centre d’achats!

Ok, c’est pas drôle :D

2010: Année du terrorisme?

Je ne veux pas être sombre mais après le « underwear bomber » de Detroit, l’attentat raté contre Kurt Westergaard à son domicile de Viby* me fait me demander si ce ne serait pas le signe d’une recrudescence du terrorisme islamique à l’échelle mondiale pour 2010.

Espérons que non.

* Félicitations à Radio-Canada pour sa mention « Viby » au Téléjournal du 2 janvier, et non « Copenhague » comme le 1er. C’est encore plus précis que le Aarhus de CBC puisque Viby est une petite ville près d’Aarhus, à environ 300km de Copenhague.

Le Québec fait sa part

Cet après-midi, je lisais dans Le Quotidien que la mort de deux soldats originaires de la région en Afghanistan constituait une nouvelle parmi le top 5 de la décennie.

Quelques heures plus tard, TVA se lamentait que le Québec a perdu 12 soldats en 2009 comparativement à 15 depuis 2001. Mais si on considère le total de morts à 134, bien il s’agit de 20% – donc, légèrement inférieur au poids du Québec dans la confédération. Reste à savoir la proportion de Québécois dans les Forces armées canadiennes par contre.


octobre 2014
D L Ma Me J V S
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :