Articles Tagués 'humeur'

Sa sainteté l’OPC

Discussion sur le blogue d’André Désiront Ici. Ne voulant pas hijacker la discussion, je continue ici, même si monsieur ne viendra pas voir…

D’abord, en achetant mon voyage, je n’ai jamais douté une seconde de la solidité financière d’Icelandair. En ayant épagné 800$ en achetant sur le site américain plutôt que canadien, je n’ose même pas imaginer comment un agent de voyage du Québec m’aurait vendu le même forfait!

Mais bon, de manière générale, je ne fléchis pas sur ma position: croyez-vous vraiment qu’en Allemagne, en Islande, en Suisse, en France (et les autres), il n’existe aucun recours pour les consommateurs lésés? Inimaginable quand on connait l’UE! Même chose en Australie, et je ne serais pas surpris que même aux USA, ce ne soit pas aussi "free for all" que l’on croit!

Vous me parlez du fonds d’indemnisation des agents de voyage du Québec. Saviez-vous que le Danemark en a un depuis 1979? Du coup, pourquoi devrait-on avoir peur de faire affaire avec un voyagiste danois?

J’ai presque envie d’ajouter que tel est le résultat de 50 ans de propagande nationaliste: il n’y a que nous qui sommes fins!

Un paradoxe, vraiment?

Je tape ceci très rapidement, je dois quitter dans une vingtaine de minutes

Il arrive parfois qu’on ne puisse tout simplement pas expliquer. Hier soir, j’ai passé une heure sur MSN à expliquer à LCS que ce n’est pas parce qu’on n’est contre quelque chose qu’on veut l’interdire.

Je lui ai exposé les exemples suivants:

- Je suis pour l’avortement mais, même si je n’y peux rien au sens de la loi, je n’accepterais pas que ma blonde flush mon enfant.
- Je trouve qu’il manque de "respect" envers le Canada mais je suis contre l’interdiction de la double nationalité.
- Je ne vois pas le rapport qu’il vote au Portugal mais de là à lui interdire…
- Engraisser un dictateur avec mon argent? Over my dead body. Mais, je n’ai rien à cirer que les gens aillent à Cuba, c’est leurs affaires.

Dans son monde binaire, c’est paradoxal. Moi, je ne trouve pas.

"Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je suis prêt à mourir pour vous permettre de le faire"

P.S.: Le plus drôle, c’est que moi qui me trouve bien modéré politiquement, je le trouve tellement à gauche que quand il me parle, j’ai l’air d’un mélange de Sarah Palin, Ann Coulter, Martin Masse, name them! Dire que mon Political Compass tombe direct au milieu LOL

On va se coucher moins niaiseux…

Lu sur Facebook:

Le Français n’est pas seulement une Langue… c’est une culture, un mode de vie et surtout, une manière de penser…

Soyons fier de parler notre langue, de la rendre plus vivante que jamais, de bien la parler et de s’efforcer de mieux la parler pour l’honorer car cette langue fait en sorte que nous sommes qui nous sommes.

Faisons un peu le ménage…

Ok pour lien entre langue et culture
Ok pour tant qu’à parler, faisons le bien, que c’est la seule manière qu’elle soit vivante

Le reste? Poubelle

Le nationalisme québécois a donné des vertus incroyables à un simple outil de communications. Je ne saisis pas comment la langue nous rend fondamentalement différents des autres. Les différences grammaticales ne sont pas à l’origine d’identités différentes, encore moins signes d’appartenance à des espèces distinctes!

Tant qu’à y être, c’est la même chose pour la peau. Le concept de races humaines… eille, la différence entre moi et un noir, c’est nul comparé à un Labrador vs un Chihuahua!

L’important, c’est d’être heureux – mon cul!

C’est l’été, l’Assemblée nationale ne siège pas et les politiciens sont censés être en vacances.

Pour du monde en vacances, je trouve qu’ils y vont fort sur la carte de crédit cette semaine. Je pense même appeler CIBC et leur demander une carte conjoint au nom du Gouvernement du Québec. Vous imaginez tous les milles Aéroplan que je ramasserais LOL

Non, c’est une blague. Le niveau de dépense du gouvernement est, à mon avis, devenu une raison d’avoir honte d’être Québécois. Déjà que je n’ai pas l’identité très forte…

Raymond Bachand aime pas qu’on critique sa comptabilité
Un député considère que faire sa job, c’est fourrer toute la province
Et ne me demandez pas ce que je ferais si j’avais Yves Bolduc devant moi et une éprouvette dans les mains!!!!

J’ai envie d’aller au bureau de Serge Simard demain matin et demander à ce que le gouvernement du Québec subventionne mon départ. Après tout, la fécondation in-vitro gratuite, c’est 1400 enfants par an alors je serai vite remplacé.

Cette semaine, j’ai raison plus que jamais. Tant qu’à vivre en social-démocratie, aussi bien aller dans un pays qui ne perd pas les pédales avec les dépenses publiques. Je vois la Scandinavie, l’Allemagne – mes pays, quoi! – prendre leurs responsabilités financières face aux générations futures et c’est ce modèle que j’ai envie de cautionner. Pas la version nord-américaine du modèle grec.

Si le gouvernement Charest me dit "L’important, c’est d’être heureux", je leur réponds: MON CUL! Personne n’a le droit de dire ça à ma place, compris?

Ah pis, non. Si l’important, c’est d’être heureux… voici la chose qui me rendrait l’homme le plus heureux du monde, la chose pour laquelle je donnerais TOUT, y compris mon cul ou un rein, pour avoir:

1

L’Affaire Trotsky

Une seule phrase a mis tout le Québec insécur en émoi: il y a trop de Blancs Francos dans "nos" films.

Je vais tout vous dire, mon "gut feeling", c’est: fais-en des films si tu veux être vu. C’est évidemment dommage pour les minorités ethniques, les gays, les régions… mais un artiste, c’est avant-tout égoïste: son produit est le résultat de sa vision sur ce qu’il veut créer.

Nos collectivistes adorés nous diront bien sur qu’un cinéma, ça montre son monde, moi je ne vois que des humains à travers le prisme d’une caméra. En plus, voulez-vous bien me dire qui je suis pour aller à dire au réalisateur X… "tu filmes une scène au coin Rachel et St-Denis, vite ça prend un Portugais". L’art, c’est infiniment personnel et les appels à la "sensibilisation" de nos bien-pensants, bof, encore une millionième raison de nationaliser la culture.

Ceci dit, la nationalisation de la culture n’est peut-être pas étrangère à ceci. Dépendants du financement gouvernemental, les cinéastes québécois pourraient très bien tentés de ne montrer que 80% des contribuables sans qui leurs films n’auraient pas lieu.

Parce qu’il fitait avec la clique, Xavier Dolan est considéré par celle-ci comme étant un nouveau Fellini. Pourtant, dans ce film "très Blanc, très Franco", voulez-vous bien me dire qu’est-ce que ça dit sur le Québec? Pas grand chose. Rappelez-vous d’ailleurs les mots utilisés par certains pour répliquer à ceux qui n’aiment pas ses films…"On ne sait pas aimer l’art".

The Trotsky, c’est la même affaire. Un film québécois pour certains, canadien pour d’autres, mais qui ne s’inscrit aucunement dans une lignée de films populaires à succès commerciaux. D’ailleurs, si je me rappelle bien, Jacob Tierney s’est plaint, à la sortie, que le cinéma canadien-anglais ne montre que Toronto.

Les Canadiens-anglais et les Québécois ont, pour des raisons strictement commerciales, boudé le film. Le gars ne cherche qu’à se "venger".

Et les insécurs/identitaires/collectivistes sont tombés dans le panneau…

Moi, dangereux criminel

Je vais vous faire une confidence, je suis un criminel. Depuis mon retour au Québec, je n’ai jamais déclaré que je n’ai pas d’assurance-médicament et, la seule fois où j’ai eu besoin d’une prescription, j’ai payé le 20$ en fermant ma gueule.

Mon frère était dans une situation similaire mais, contrairement à moi, il a donné suite aux supplications de la "madame de Jean Coutu" pour s’inscrire.

Les documents trainaient à la maison, et je viens de lire qu’il est non seulement illégal de ne pas avoir d’assurance mais en plus, si on se déclare, Revenu Québec nous facture les mois où on n’était pas assuré!!!!!

Admettons qu’ils le fassent vraiment, ma crème pour le pied d’athlète à 20$, elle va me revenir à combien?

Je paie déjà l’illégitime SAAQ, je bois à l’illégitime SAQ, je cotise à ce trou sans fond de RAQP qui ne me donnera rien car je doute avoir des enfants dans cette province liberticide et pauvre…. alors non, l’assurance-médicament je passe mon tour!

derteil écrit au journal

Dans sa chronique du Progrès Dimanche, l’ultra-régionaliste admet se sentir mal de suggérer de sortir de la région pour les vacances mais que ça fait "quand même" du bien de voir du pays.

Toutes les semaines, je rage devant de tels textes dans les journaux mais cette fois, il m’a suffisamment sortir de mes gonds pour que j’en tape une lettre….

Monsieur Roger Blackburn,

Si Neil Armstrong était né dans la région, il aurait dû sacrifier son voyage sur la Lune par « solidarité régionale ». C’est du moins ce que je conclus à la lecture de votre éditorial du 28 février, ironiquement consommé en regardant cette grande famille que constitue l’humanité se dépasser aux Jeux Olympiques de Vancouver. S’il est devenu criminel d’aimer sortir de la région, autant vous dire que je me constitue prisonnier car je ne saurai résister aux barbelés du « Mur du Saguenay ».

Fort heureusement, je ne connais personne – à part vous – qui se sent coupable de voir du pays. À preuve, les agences de voyage de la région font des affaires d’or et ce n’est certainement pas par charité que Sunwing et Transat offrent des départs de Bagotville. Bien sûr, plusieurs personnes de mon entourage ne voyagent pas mais c’est parce que ça ne leur « tente » pas et non pas au nom de la sacro-sainte « solidarité régionale ». Quand on dit que les Saguenéens et les Jeannois sont les ambassadeurs par excellence de leur région, comment voulez-vous qu’ils en fassent la promotion s’ils doivent se terrer chez eux par régionalisme?

On devra m’expliquer comment, partant de Saguenay, ma visite au Zoo de Saint-Félicien ou à la Pulperie rapportera plus à l’économie régionale qu’une famille de l’Estrie ou un couple français. Mieux que ça, c’est 11 mois et demi par année que la région bénéficie de mon argent et ça ne serait pas encore assez? À en croire le mantra de nos élites locales, les résidents de la région ne devrait jamais dépenser le moindre dollar au sud de l’Étape, mais, bien évidemment, la planète entière devrait débarquer chez nous. Même chose dans d’autres sphères de l’économie.

Moi qui pensait que l’économie était réciproque, qu’on achète des produits de ceux qui nous en achètent. Comment la région peut-elle vendre son bois et son aluminium si, de l’autre côté, on fantasme à devenir autarciques? Au lieu de pleurnicher dans vos pages, pourquoi Nutrinor ne se retrousse pas les manches pour trouver d’autres contrats ailleurs au Québec? Si DeVinci s’était obstiné à ne faire affaire que dans la région, l’entreprise serait-elle devenue un des piliers de son domaine au niveau internationale? Jamais dans 100 ans! Ceux qui appellent au boycott d’Agropur en raison de la fermeture de l’usine de Chambord utilisent-t-ils encore du papier depuis la fermeture des papetières de La Baie et Dolbeau? Dans la vie, il faut avoir de la suite dans les idées!

Ce n’est pas en se cachant, en se protégeant des « méchants étrangers » que l’on vient à briller parmi les meilleurs mais en se mesurant à eux. Parlez-en à nos médaillés olympiques régionaux.

Bonne Année (quand même)


Minuit à Reykjavik, 1er janvier 2009

S’il y a un jour dans l’année où je suis particulièrement peu fier des Québécois, c’est le 31 décembre. Maudit qu’on est plate et cheap.

Champagne, homard, huitres, moules, foie gras… On a l’air de quoi avec nos sandwiches pas de croutes, saucisses au bacon, salade de macaroni et autres? Signe que les temps changent lentement, le circulaire Loblaws de la dernière semaine de l’année a quand même quelques spéciaux de ce que ma grand-mère appelle "la nourriture de riches".

L’année dernière, mon père a même essayé de m’expliquer pourquoi c’est comme ça. Mais non, son truc ne marchait pas car nos tables de Noël ne sont pas plus chic. Les prix? Son affaire ne marche pas non plus. Les Scandinaves se privent de beaucoup de choses, mais jamais pour le Nouvel An.

Alors tant pis pour ceux qui me trouveront bourgeois mais je porterai le complet-cravate avec à la main, ma coupe de Moët et Chandon, mon saumon fumé, mes crevettes et mon foie gras de canard. Je sais, il manque les feux d’artifices mais les maisons sont beaucoup trop proches dans le quartier de Laval où je suis invité. À la place, je regarderai le Vieux Continent exploser sous les pétards sur YouTube.

Pas de bar pour moi, une manière de boycotter nos lois moyenâgeuses sur la vente d’alcool.

Pour 2010, portons un toast à la liberté.

Et, si je peux me permettre un voeux bien personnel que je répète chaque année, que ça soit ma dernière en exil!

Biscuits au beurre chinois

Je suis presque gêné de faire une sortie protectionniste mais j’ai vraiment fait le saut: Jean Coutu vend des biscuits au beurre faits en Chine. Pis en plus, la boite n’est même pas belle!

Heureusement, il y en a encore des Vrais. Par là, je veux dire ceux qui sont certifiés comme se ramassant éventuellement sur les tables d’Amalienborg :P

À mon tour

Voici maintenant que je mérite des gros mots, il parait.

Étant donné que j’échange toujours de manière civilisée sur les blogues, je présume que cela est strictement dû à mes visites quotidiennes sur Antagoniste. Comme ad hominem, j’ai vu mieux!

Et sachez monsieur que rester en Allemagne, pour moi ce n’est pas une insulte mais un compliment, et un très beau à part ça: ça fait 20 ans que j’ai ce rêve en tête.

Quant à mon intégrité, peut-être qu’elle est effectivement très basse puisque je donnerais mes organes en échange d’un passeport européen!


avril 2014
D L Ma Me J V S
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: