Archive pour 29 juin 2008

Immobilisme? Nej!

Copenhague et Frederiksberg s’offrent un nouveau cadeau: une nouvelle ligne de métro. Le cityring fera, comme son nom l’indique, le tour de la ville. 17 stations, 15.7 km. Début des travaux: 2010. Ouverture: 2018. Non, ce n’est pas de la science-fiction, ni même un poisson d’avril.

Une fois le tout terminé, 85% de Copenhague sera à distance de marche d’une station de métro ou d’une gare de S-Tog. Gageons qu’utiliser sa voiture en ville y sera encore moins nécessaire que maintenant, et c’est tant mieux.

On connait les réticences, les hésitations à investir dans les transports en commun au Québec. On pourrait bien entendu débattre pendant des heures sur la manière de procéder, sur les projets à prioriser, etc. Anyway, n’est-ce pas ce que l’on fait toujours? Parler, parler, étudier, étudier…puis ranger les études sur les tablettes. Je me demande si le gouvernement n’a pas de rabais sur les étagères chez Ikea…

Ikea? Que dis-je! Ikea nous vient de la Suède. Selon Mario Dumont, il faut acheter local et l’État québécois se doit d’être exemplaire. Je propose donc que l’ADQ les fabrique elle-même à partir de bois coupé sur le terrain du chef de l’opposition dans le Bas-Saint-Laurent.

Bref, encore un autre cas où l’immobilisme québécois est plus qu’évident. Or, quand on fait du sur-place pendant que les autres avancent, on recule. Ce n’est pas du tout une raison de célébrer. À moins que, en bons colonisés qui aiment se complaire dans la médiocrité, on continue d’ignorer le tout et de pelleter par en avant…

Aussi, je réalise une chose en écrivant ceci. Où vont les politiciens québécois quand ils veulent des solutions (ou simplement se faire voir LOL)? En France. Oui, bien sûr, la France et l’Italie ont beaucoup en commun avec le Québec: une situation qui se détériore, une société impossible à réformer… Mais, justemement, ne faudrait-il pas s’inspirer du succès d’autres pays?

À moins que par nationalisme mal placé, on rejette dès le départ la moindre possibilité que l’on puisse se servir de non-francophones comme modèle? Je ne serais pas surpris que, chez certains, c’est vrai.

Pratiquement tous les ans, Gérald Tremblay va faire un tour à Paris. Pourquoi, mais pourquoi, ne va-t-il pas voir Berlin, Copenhague, Vienne… A-t-il peur de ce qui s’y trouve? Des villes propres, dynamiques, constamment en chantiers?

À moins que ce soit le signe que nous n’avons plus aucune fierté? Même Berlin la fauchée, la chômeuse, l’endettée ne s’est jamais laissée décrépir comme Montréal. Cela est sans doute motivé par le fait que nous aimons notre ville, elle fait partie de nous et nous refusons de la voir autrement que comme une grande métropole incontournable.

C’est dans ces moments-là qu’il faudrait ramener Jean Drapeau…

Metro giver byggerod i årevis
Cityringen

Les Danois soutiennent leurs soldats

Tandis que AFR accuse l’opposition de soutenir le terrorisme et compare la situation à la collaboration avec l’Allemagne naziependant la Seconde Guerre Mondiale, un sondage nous apprend qu’une majorité de Danois sont d’accord pour maintenir un contingent de 750 soldats en Afghanistan.

Ainsi, 60% sont en accord avec la participation active du Danemark en Afghanistan. Notons qu’il y a quelques semaines, les partis au Folketinget se sont entendus sur le maintien des soldats danois pour les 4 prochaines années. La mission danoise ne comprend pas, officiellement, de combats, l’armée étant affectée à l’entrainement de l’armée afghane de même qu’à des actions humanitaires comme la construction d’écoles et de puits.

Seulement 25% de répondant au sondage ce sont déclarés opposés au plan, en majorité des électeurs sociaux-démocrates et d’extrême-droite (Dansk Folkeparti). Si les électeurs Venstre et Konservative sont les plus enthousiastes, on note tout de même une majorité de oui auprès des gens votant De Radikale Venstre.

43% des Danois sont en faveur d’une politique étrangère active et participative, contre 41%. Lorsque les chiffres sont croisés avec les sympathies des électeurs envers un parti politique, on remarque que la gauche et l’extrême droite dit nej alors que la droite siger ja. Gauche isolationniste, droite interventionniste – tendance vue ailleurs.

Il y a cependant une partie surprenante: les opposants à l’envoi de troupes sont plus agés. Cela contredit donc ce qui est normalement rapporté, à savoir que la génération des 65 ans et plus serait plus encline à supporter des interventions militaires étant donné qu’ils ont vécu le sacrifice des Alliés pour libérer l’Europe des Nazis. Peut-être trouvent-ils que, si la guerre n’est pas dans leur cour, elle ne mérite pas de combat? Ou encore, n’ont-ils tout simplement pas envie de voir leurs petits enfants morts en Irak et en Afghanistan? En tout cas, je doute fortement que l’instinct maternel mène les femmes à dire non.

En passant, je ne me souviens pas d’un tel sondage en Allemagne et j’ai oublié la dernière fois où les médias canadiens et québécois en ont publié un. De toute façon, si ça fait quelques mois, il serait temps d’en sortir un autre.

Vi støtter dansk krigsindsats


juin 2008
D L M M J V S
    Juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :