La nationalisation de la boîte à lunch ne passe plus

En 2009, tous les partis danois s’étaient mis d’accord pour que tous les enfants fréquentant les garderies aient accès à un repas le midi. Le but: que chacun enfant, au Danemark, ait un repas santé pendant la journée. C’est ce qu’on appelle le « obligatorisk madordning », financé par les parents à la hauteur de 469 DKK par mois.

Dès le départ, dans certaines municipalités, des parents se sont rapidement opposés au projet. D’où le surréaliste « compromis d’Aarhus »: le parent qui veut faire un lunch à son enfant reçoit une subvention de l’État et est qualifié de « fournisseur ».

L’année 2010 a vu plusieurs dizaines d’autres municipalités se joindre au projet, dont la complétion est prévu en janvier 2011, et la révolte ne diminue pas. Au point où le tout se retrouve désormais remis en question.

Karen Ellemann, ministre de l’intérieur et des affaires sociales (V), est de plus en plus seule à défendre le plan. À gauche, on exige que les parents ne paient rien (selon Enhedslisten, il s’agit de ne pas punir les gens qui ont des enfants). À droite, on se réveille: eille là, c’est pas libéral ça!

– For mig er det sådan set rendyrket socialisme.
Thor Pedersen, formand, Folketinget (V), 12. januar

– Det er absurd, at en borgerligliberal regering tvinger sådan en ordning med institutionsmad ned over kommunerne og forældre.
Jens Rohde, MEP (V), 13. januar

C’est peut-être justement pour cela que ça avait passé comme une lettre à la poste au Folketing…

DR

Publicités

3 Responses to “La nationalisation de la boîte à lunch ne passe plus”


  1. 1 Mathieu samedi, 16 janvier 2010 à 16:14

    «C’est ce qu’on appelle le « obligatorisk madordning », financé par les parents à la hauteur de 469 DKK par mois.

    Dès le départ, dans certaines municipalités, des parents se sont rapidement opposés au projet. D’où le surréaliste « compromis d’Aarhus »: le parent qui veut faire un lunch à son enfant reçoit une subvention de l’État et est qualifié de « fournisseur ».»

    Ici, le combat de l’ADQ ne devrait pas être que les parents aient droit à un compromis d’Aarhus pour les services de garde mais, s’ils étaient le moindrement libéral et pour le libre-marché, ils diraient qu’à la base, ce n’est pas à l’État à s’ingérer dans les choix des parents, dont celui d’avoir des enfants et de les élever.

  2. 2 Gilles Laplante mardi, 19 janvier 2010 à 10:16

    Pourquoi est-ce que ce sont toujours des femmes au pouvoir qui font ce genre de conneries?

  3. 3 derteilzeitberliner vendredi, 22 janvier 2010 à 16:38

    @Gilles

    Je crois que c’est parce les mamans font les lunches des kids et qu’elles se privent de carrière pour les élever.

    En somme, elles utilisent l’État pour compenser le manque d’implication des pères.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




janvier 2010
D L M M J V S
« Déc   Fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :