754 milliards et ça monte encore

C’est la somme correspondant aux transferts sociaux faits aux Allemands en 2009. Cela représente le tiers de tout le PIB allemand – à 29%, c’est presque le record de 2003 (31%). Mais le record sera battu car on prévoit d’augmenter les montants d’ici 2012.

Retraites, allocations familiales, chomage, Kurzarbeit (le gouvernement paie des heures non-travaillées), congé parental… 40% des Allemands reçoivent au moins une prestation sociale.

Pas pire pour un gouvernement où la gauche est officiellement absente!

Berliner Morgenpost
Berliner Morgenpost

Le deuxième texte rappelle toutefois qu’à long terme, l’Allemagne ne peut se permettre cette facture. Alors avis à ces politiciens, CDU comme SPD, qui aiment dire que l’Allemagne demeure un modèle pour le monde…

4 Responses to “754 milliards et ça monte encore”


  1. 1 Mathieu V mercredi, 27 janvier 2010 à 9:33

    On en parle peu, mais comment le FDP se considère idéologiquement et comment tu me mettrais idéologiquement dans le spectre Allemand de par mes interventions dans la blogospère?

    De plus, je me suis toujours demandé comment est-ce que les cinq partis Allemands ont comme clientèle électorale?

  2. 2 derteilzeitberliner vendredi, 29 janvier 2010 à 1:28

    Le FDP est victime de l’histoire. En Allemagne, la droite c’est les nazis. Il ne se considère donc jamais, et il n’est pas non plus nommé, comme « Rechts ». Pour parler du FDP, on dit libéral et on ne le place jamais plus loin que le centre-droit.

    Cependant, on connait son slogan « Die Kraft der Mitte » – la force du centre. Le chef, Guido Westerwelle, parle souvent d’être le seul à s’opposer aux socialistes « rouges, verts et noirs ». Donc, pour lui, il est au centre et tout le monde est à gauche😛

    Le FDP a dans ses rangs des libertariens comme des sociaux-libéraux, je suis même certain que tu trouverais ses programmes trop à gauche. Mais tu n’aurais aucune autre alternative LOL

    Si on caricature un peu…

    Die Linke: Nostalgique de la RDA. Gens qui considèrent PQ/PLQ à droite
    Die Grünen: Écolos. Gauchistes non-étatistes (anarchistes?).
    SPD: Syndiqués, artistes, ouvriers, fonctionnaires
    CDU/CSU: Conservateurs sociaux, gros entrepreneurs qui aiment être prêt de l’État
    FDP: Personnes à revenus élevés, professions libérales, petits entrepreneurs.

  3. 3 matvail2002 vendredi, 29 janvier 2010 à 19:58

    Donc, si on fait la même chose pour le Danemark:

    V=Liberal du genre PLC/PLQ ou UMP en France
    A=Comme le SPD/ New Labour
    O=Mélange de l’ADQ et du Front National
    F=Entre NPD et éco-socialistes du Parti Vert?
    C=Ex-Progressifs Conservateurs (genre Red Tory)
    B=Aile sociale libérale du FDP?
    Ø=Entre QS et Parti Communiste

    Mais, je ne comprends toujours pas une chose, comment est-ce que des ex-Ossi ont pu faire la transition à des partis non-socialistes en si peu de temps (et cela même d’avoir une chancelière qui à vécu le régime de la RDA moins de 16 ans après la chute du Mur). Je comprends que les partis hors-SED n’étaient pas interdits comme tels, mais ils étaient pas contrôlés par directement par l’état.

    Aussi, il doit quand même exister des gens dans l’Est (et surtout dans l’Ouest) qui doivent se considérer de gauche tout en étant pas mal récalcitrants de voter Die Linke à cause de sa véritable association avec l’ex-SED et d’autres organismes Est-Allemands de sécurité comme pour la Stasi.

  4. 4 derteilzeitberliner samedi, 30 janvier 2010 à 4:51

    Bestod! Une gommette😛

    Pour le reste…

    Les autres partis (CDU der DDR, LDPD, NDPD) étaient subordonnés au SED et n’exerçaient aucune opposition au régime. La Volkskammer était élue selon une liste unique « National Front der DDR » où le SED était déjà victorieux.

    La démocratisation de l’Allemagne de l’Est a d’abord commencé par des mouvements citoyens, qui se sont peu à peu intégrés en partis politiques (pour les élections de mars) puis fusionnés avec leurs pendants ouest-allemands. Angela Merkel se joint à Demokratischer Aufbruch, par exemple. Ceux qui ont décidé de rester socialistes ont transformé le SED en PDS, et ce fut fini.

    Fait intéressant, on parle de démocratie mais très peu d’économie de marché. En 1990, on veut tenter le socialisme démocratique. D’ailleurs, rappelle-toi que l’opposition au régime est venue de gauche: les écolos, les anarchistes. Pour plusieurs, le problème n’est pas le communisme en soi mais la dictature. Et ce sera la teneur du débat sur la réunification: ceux qui sont pour sont plus à droite que ceux qui sont contre. Car la RDA indépendante peut aspirer au socialisme démocratique.

    Et c’est certain que Die Linke fait peur pour cette raison: ils ont énormément de squelettes dans le placard par rapport à l’ancien régime du SED. Je crois que les Verts sont les gagnants de cela. Car même s’il bannit tout membre ayant un passé avec la Stasi, le SPD fait tout de même des alliances avec Die Linke donc on peut le voir comme un complice.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




janvier 2010
D L M M J V S
« Déc   Fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :