RÚV: le privé rappelle à l’ordre

On ne peut certainement pas nier l’intérêt commercial, la mission commandée, de Stöð 2 lorsqu’elle envoie un journaliste rappeler au diffuseur public son mandat mais n’empêche que la question est importante car si privé et public peuvent cohabiter, ils ne peuvent certainement pas jouer dans les mêmes plates bandes!

Première constatation:

Tandis qu’une quinzaine de journalistes sont remerciés, seulement un employé du département publicitaire est congédié. Ils sont 26 dans ce département, soit presque autant que la station Skjáeinn qui emploie 30 personnes. Oui, un représentant publicitaire rapporte alors qu’un journaliste est une dépense mais si la station n’a pas de contenu à vendre? Les pubs les plus chères, de façon quotidienne, sont autour des nouvelles de 19:00 – ça veut certainement dire quelque chose, que les gens sont là, mais le seront-ils encore si les informations perdent de leur qualité. Surtout que, on ne se le cachera pas, en Islande, les nouvelles c’est l’affaire de la télévision publique.

Deuxième constation:

On a coupé l’achat de films islandais et d’émissions locales mais non pas l’importation de séries américaines à valeur douteuse (au plan intellectuel, je parle). Des achats qui sont plus chers, en raison de la baisse de la couronne. Il est certes utopique de penser qu’on pourrait opérer une chaine de télévision avec uniquement du contenu islandais et ce n’est pas ce que les gens demandent non plus. Seulement, les statuts du diffuseur public sont clairs:

Að leggja rækt við íslenska tungu, sögu þjóðarinnar og menningararfleifð.
Að veita almenna fræðslu og gera þætti sem snerta málefni lands og þjóðar sérstaklega og með þeim hætti tryggja upplýsingagjöf um íslenskt samfélag.

Promouvoir la langue et la culture islandaises et l’histoire nationale
Être un moyen d’éducation populaire, d’informations, un lieu de débat sur les enjeux de la société…

On peut effectivement se questionner où entrent Lost, Ugly Betty, The Secret Life of an American Teenager là-dedans. On peut en acheter moins, on peut en acheter des moins chères en Angleterre, en Allemagne, en Scandinavie et ces économies permettront d’aller vers le marché intérieur. Toutes les chaines islandaises ne font que reprendre les primetime américains, alors il est facile de se démarquer, et les Islandais n’ont pas à s’inquièter: ce que le public n’achète pas, les autres le feront.

Dans tous les cas, le directeur jure que le mandat peut être rempli malgré tout. Mais qu’il fasse bien attention. Plus la chaine publique fera la même chose que Stöð 2, plus son existence sera remise en question.

Visir.is
Les artistes islandais se mobilisent

0 Responses to “RÚV: le privé rappelle à l’ordre”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




janvier 2010
D L M M J V S
« Déc   Fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :