Archive pour 11 février 2010

Les fanatiques républicains

Ça recommence. La Mini-France s’agite. Parce que la ministre de l’éducation a admis que la modification du calendrier scolaire permettra aux écoles privées juives de donner des cours le dimanche, les fanatiques athées, quand ce ne sont pas nos nationaleux jacobins qui s’opposent à ce qu’un « traitement de faveur », aux Juifs de surcroît (1), soit accordé.

Encore un autre exemple de l’inconfort de plusieurs Québécois envers les droits individuels. D’abord, on ne parle pas d’écoles publiques mais privées. Ensuite, si les intervenants locaux sont d’accord, pourquoi pas? Le calendrier, les horaires de cours, ce sont des décisions qui peuvent très facilement être prises localement et sans impact sur le reste de la province.

L’erreur de Michelle Courchesne aura été de laisser entendre que toute la province irait à l’école le samedi et dimanche de façon unilatérale. Alors, avant de réclamer sa tête comme le font le PQ et les « Mini-Français » de Radio-Canada.ca, de Cyberpresse et autres, prenez une grande respiration et dites vous que ce n’est qu’une erreur de PR.

Et permettez moi de rire un peu de ces « commenteux » se réclamant de l’athéisme, qui dans la même phrase exigent de l’enseignement catholique pour leurs enfants. Je l’ai souvent remarqué, les Québécois ne sont ni athées ni de vrais laïcs, ils veulent simplement tasser toutes les religions sauf la catholique. Rappelez vous le dossier du crucifix de l’Assemblée Nationale…

(1): Lorsqu’il est question de communautés culturelles, on pointe toujours très rapidement celles d’allégeance fédéraliste, plus anglophones: Juifs, Grecs, Italiens. On ajoute les Musulmans lorsque la religion est concernée. Pas besoin de répéter ce qu’on en dit…

Bien j’ai trouvé une école « ghetto » qui fonctionne autrement, sans déranger personne, et cela depuis 30 ans.

L’École internationale allemande Alexander von Humboldt Schule de Baie d’Urfé. Enseignement trilingue (français, anglais, allemand) de la garderie à la 12ième année, donnant droit à la fois au DES et aux diplômes allemands. C’est l’Allemagne qui subventionne, oh là là pour nos nationaleux il va sans dire!

Figurez-vous donc que son calendrier est un risque de sécurité nationale. En effet, les 315 élèves fonctionnent sous une version modifiée du calendrier scolaire allemand. Schnell, das muss man aufhören!

Je n’ose pas imaginer le scandale si Israël subventionnait les écoles juives! Par contre, il semble que les Allemands de Montréal ont trouvé la solution pour que les fanatiques les laissent tranquille: s’abstenir de fonds publics québécois. À bon entendeur…

NEIN!

Un État incapable de balancer son budget, de diminuer sa dette, n’a pas à sortir un autre du trou.

Voilà, en une phrase, ce que je pense de la possibilité d’un bailout de la Grèce par l’Allemagne et le reste de la Zone Euro.

C’est encore plus absurde que sauver des entreprises mal gérées. Mais surtout, encore plus absurde quand on remarque que les Grecs eux-mêmes ont peu l’air de vouloir réparer leurs finances. Comment, dans ce cas, prétendre sérieusement vouloir les sauver? On pourrait même ajouter un peu d’hypocrisie, considérant l’attitude de l’UE à l’égard de l’Islande…

BBC
BBC
BBC

Hiver: Berlin capitule

En Allemagne, on me parle souvent de l’hiver comme quelque chose de magique. Malheureusement pour eux, je déteste la m**** blanche à en pleurer devant la fenêtre. Et la semaine passée, quand il a fait dans les -20 je suis resté à l’intérieur pendant 4 jours!

Justement, cette année, l’Europe y goûte pas à peu près et je suis content de passer mon tour. À Berlin comme au Danemark, les -15 succèdent aux 30 cm de neige, au verglas… Oh là là!

La ville est raisonnablement équipée pour faire face à la neige mais, là, il semble qu’on ait atteint le point de saturation. Les rues et les trottoirs sont des patinoires, on n’a plus le temps ni l’argent ni même le personnel pour saler partout (bon, faut aussi dire qu’il est illégal de mettre du sel sur les trottoirs – faut pas les user!). L’arrondissement Mitte annonçait cette semaine ne pas avoir l’argent pour réparer les nids-de-poule apparus cet hiver, ce à quoi l’administration centrale a répondu qu’ils devaient les réparer parce que c’est inacceptable d’avoir cela dans une ville (ohhh… faudrait les faire venir au Québec :P).

Ce matin, le Berliner Morgenpost invite la ville à se sortir les doigts du nez et à répondre à la situation comme il se doit: invoquer l’urgence pour saler les trottoirs, engager des sous-traitants/aller chercher des chômeurs pour gratter (comme si on en manquait!), s’assurer que les règlements municipaux en matière de déneigement « résidentiel » sont respectés (les Allemands doivent entretenir le trottoir devant chez eux, 10000€ d’amende à Berlin).

Le commentateur du journal rappelle au maire que Berlinois passent avant la Berlinale. Bien justement, rappelons donc au Partymeister que c’est pas fort pour la réputation de la ville…

Soit dit en passant, le ministre fédéral des transports n’ose pas critiquer l’administration municipale. Non, la faute, c’est les habitants qui ne déneigent pas devant chez eux. On dirait presque que les politiciens se backent entre eux!

Et l’hiver n’est pas encore fini


février 2010
D L M M J V S
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :