Archive pour 15 février 2010

Les Allemands disent non aux Grecs

La semaine dernière, j’ai dénoncé le fait que l’UE s’apprêtait à aider la Grèce alors que les Allemands, les Français et les autres ont aussi des finances publiques médiocres. Bien, plus je lis là-dessus, plus je suis convaincu de ma position.

Les Allemands prennent désormais leur retraite à 67 ans à 41% de leur salaire, tel est le résultat (d’une) des réformes entreprises pour redresser les finances publiques sous l’ère Schröder (et continuées par Merkel). En Grèce, on parle de hausser l’âge de 61 à 63 ans à 94% du salaire. Je peux bien croire que l’humain est fondamentalement bon mais de là
à supposer que l’on va aider des gens à se payer des choses qu’on ne peut plus se permettre nous-mêmes…

C’est aussi une insulte à des pays comme l’Italie, le Portugal, l’Irlande qui font des efforts sans attendre les bailouts de Bruxelles.

Mais, au fond, le pire pour les eurocrates, c’est le verdict lapidaire de l’opinion publique allemande: ils sont 53% à supporter l’expulsion de la Grèce de la zone euro.

Le Nouvel Observateur
AFP

Gérald Fillion revient là-dessus sur son « carnet » en citant la revue française « Alternatives économiques ». Ne connaissant pas ce titre, je me suis empressé de le googler pour m’apercevoir que mon « préjugé » s’est avéré fondé:

Ligne éditoriale [modifier]

Proche du keynésianisme, Alternatives économiques traite également des thèmes altermondialistes et se montre critique vis-à-vis du néolibéralisme et de l’école néoclassique. Le journal revendique explicitement une ligne éditoriale « de gauche ».

C’est un des périodiques les plus appréciés parmi certains membres du mouvement altermondialiste et la revue fait partie, comme personne morale, des membres fondateurs de l’association Attac.

Et devinez quoi?

Positionné aussi comme outil pédagogique, Alternatives économiques est, en France, promu par de nombreux enseignants de sciences économiques et sociales. Présente dans les manuels scolaires du secondaire, elle est parfois une source des sujets de l’épreuve d’économie du baccalauréat. Des tarifs avantageux sont proposés par la revue pour des abonnements scolaires.

Certains critiquent l’orientation néo-keynésianisme ou altermondialiste d’Alternatives économiques. Ainsi La Tribune affirme que le journal appartient à « la gauche de la gauche »[1] ; pour Le Figaro ses couvertures sont « antiglobalisation »[3].

D’autres insistent sur la trop grande place accordée selon eux au « social » au détriment de la vie des entreprises, comme l’ALEPS[4] ou l’Ifrap. Ce dernier, un think tank libéral-conservateur, juge le journal en bonne partie responsable du « mépris » supposé de l’éducation nationale envers l’entreprise et les entrepreneurs, et de la présentation de la mondialisation comme d’une « menace » et de l’« étatisme » comme un bienfait auprès des élèves[5]. Ces idées sont également défendues par le petit patronat[6] et une partie de la presse économique (L’Expansion , Capital).

Pour ces critiques, le journal est en partie responsable de la diffusion d’idées antilibérales dans l’enseignement français et comme l’une des causes d’une défiance vis-à-vis de l’économie de marché dans l’esprit des élèves, du fait de son utilisation en classe et par les éditeurs de manuel. Certains reprochent donc aux éditeurs et auteurs de manuels d’accorder une place trop importante au journal dans leurs ouvrages. Selon Les Échos, Alternatives économiques représente 30 % des sources de presse des manuels Bordas et Hachette[7]). Ces chiffres sont confirmés par une étude de l’APSES, qui précise que la presse quotidienne et la presse magazine représente les deux-tiers restants. Cette même étude relativise cependant cette vision en rappelant que toutes sources confondues, Alternatives économiques représente 8,6 % des sources chez Hachette et 2,8 % chez Bordas. En effet, les publications scientifiques et les rapports publiés par l’INSEE, l’INED, le Conseil d’analyse économique ou le Sénat français forment l’essentiel des sources chez tous les éditeurs analysés par l’étude[8].

Publicités

Indépendance = neutralité

Et non pas la défense de la veuve et de l’orphelin.

Mais allez dire cela à nos amis…

Pour un Montréal Campus au service de la cause étudiante
Category:
Student Groups – Student Government
Description:
La dérive du Montréal Campus a assez duré. Il est temps que ses lecteurs lui envoient un solide message : nous voulons un journal étudiant politique, au service de la cause étudiante!

Le Montréal Campus ne devrait pas être un tremplin pour des petits Richard Martineau en devenir qui versent leur venin sur ceux et celles qui tentent de changer la société pour améliorer la condition étudiante.

Un journal étudiant indépendant est important à l’UQAM. Il permet un regard différent de celui de l’Ultimatum, de l’ASSAUT ou encore de l’Union Libre. Cela dit, les belles années de la Presse étudiante nationale (PEN) sont bien révolues, elle qui se voulait une centrale de pensée étudiante et un acteur de changement social.

Nous avons assez des médias de masse qui ne parlent pas du mouvement étudiant en dehors des grèves et de la «violence». Nous n’avons pas besoin, en plus, que notre journal étudiant participe à cette guerre idéologique.

En sommes, nous voulons que le Montréal Campus cesse de se battre CONTRE le mouvement étudiant et qu’il commence enfin à se battre AVEC le mouvement étudiant! (read less)
La dérive du Montréal Campus a assez duré. Il est temps que ses lecteurs lui envoient un solide message : nous voulons un journal étudiant politique, au service de la cause étudiante!

Le Montréal Campus ne devrait pas être un tremplin pour des petits Richard Martineau en devenir qui versent leur venin sur ceux et celles qui tentent de changer la société pour améliorer la condition étudiante.

Un journal étudiant indépendant est important à l’UQAM. Il permet un regard différent de celui de l’Ultimatum, de l’ASSAUT ou encore de l’Union Libre. Cela dit, les belles années de la Presse étudiante nationale (PEN) sont bien révolues, elle qui se voulait une centrale de pensée étudiante et un acteur de changement social.

Nous avons assez des médias de masse qui ne parlent pas du mouvement étudiant en dehors des grèves et de la «violence». Nous n’avons pas besoin, en plus, que notre journal étudiant participe à cette guerre idéologique.

En sommes, nous voulons que le Montréal Campus cesse de se battre CONTRE le mouvement étudiant et qu’il commence enfin à se battre AVEC le mouvement étudiant!

C’est bien leur droit de demander un réalignement éditorial du Montréal Campus mais, si on se fie au paragraphe, on se demande s’ils savent vraiment c’est quoi un journal « indépendant ». Il me semble que s’il est pour dire la même chose que les autres publications d’extrême-gauche nommées plus haut, où est son indépendance?

The dark side of Canada

Soyons honnêtes, les commentaires sur CBC.ca sont passablement plus extrémistes que ceux trouvés sur Radio-Canada.ca. Je ne suis pas allé voir sur Cyberpresse mais bon.

Ce n’est pas leur point de vue qui me dérange comme tel, ils ont le droit à leur opinion et je peux ne pas être d’accord. De plus, je suis même « assez grand » pour savoir que c’est facile de lancer des injures derrière son écran.

Ma difficulté, c’est quand remplacer « French » ou « Quebec par « Blacks » ou « Jews » dans la même phrase donnerait lieu à un scandale sans-nom alors qu’on peut insulter Francophones/Anglophones sans aucune « impunité ».

Quoique ce ne serait pas la première fois où l’on montrerait que les diffamations ne sont pas toutes égales.


février 2010
D L M M J V S
« Jan   Mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Catégories

Mises à jour Twitter

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :