La fin du no-fault à l’assurance-maladie

On parle bien sûr de l’Allemagne, mais n’empêche que la proposition du ministre Filip Rösler donne matière à réflexion. En somme, on veut que l’assurance-maladie publique allemande ne paie plus pour les soins résultant d’accidents.

Le cabinet fédéral a déjà, après son élection, amené le régime public au même niveau que le privé: plus de couverture sur les actes médicaux afin de corriger des complications issues d’opérations volontaires comme pierceing, tatoos, etc. Le privé va encore plus loin, ne payant pas pour les soins nécessités par une tentative de suicide ou un abus de drogue/alcool par exemple.

Le ministre propose donc que les assurances automobiles paient pour les accidentés. Les caisses publiques épargneraient ainsi 500 millions par an.

C’est là que la cloche sonne. À première vue, ça sonne parfait mais…

L’assurance-maladie est payée par les assurés, environ 13% de leur salaire. Si, au lieu de refiler la facture aux caisses, on le fait aux assurés automobiles, ne change-t-on pas 4 trente sous pour une piastre?

Berliner Morgenpost

0 Responses to “La fin du no-fault à l’assurance-maladie”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juillet 2010
D L M M J V S
« Juin   Août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :