Recensement: une révolte ouest-allemande

Otto von Bischmark est crédité de l’invention de l’État-providence et, près de 200 ans plus tard, les Allemands ont toujours le Sozialstaat près du coeur: rares sont ceux et celles qui acceptent de séparer les deux mots.

Cependant, quand l’État veut compter ses ouailles, l’étatisme prend le bord. Flashback dans les années 1980…

La RFA a tenu un recensement complet sur la population/métiers/lieux de travail en 1970, en planifiant un nouveau en 1981. Bonn désirait mettre à jour ses données sur la population afin de répondre plus efficacement aux besoins.

L’adoption de la loi fédérale sur le recensement a toutefois trainé, au point où le tout a été retardé à 1983. À l’exception du Sénat de Hambourg, tous les Länder et le fédéral ont accepté la loi.

Mais la résistance citoyenne, de gauche comme de droite, s’est organisée parce que l’on jugeait que le gouvernement n’avait pas fait assez pour anonymiser les données. Les tribunaux constitutionnels ont été saisis et le 15 décembre 1983, la Bundesverfassungsgericht annulait le recensement tant que l’État ne garantissait pas que l’on ne pourrait retracer le répondant. Encore en 2010, le « Volkszählungsurteil » est une décision phare en matière de protection de la vie privée en Allemagne.

On avance à 1987. Bonn s’est plié aux exigences des juges et on a refait les questions pour répondre aux attentes des gens. Des mois avant le 12 mai 1987, une campagne est organisée pour inviter les gens à compléter les formulaires. Malgré le caractère obligatoire, un boycott s’organise.

Le boycott de 1987 est plutôt dirigé contre la quantité de renseignements personnels recueillis et les risques de sombrer dans un État-policier. Des comités se forment, on organise un recensement parallèle, on colle les formulaires sur le Mur de Berlin (symbole de totalitarisme).

L’État leur donnera raison: des maisons, y compris le siège du SPD, d’opposants sont fouillées. On fichera des gens à la police pour cela. Partout, les autorités locales ont nié que des millions de formulaires n’avaient pas été retournés. Le formulaire est ici, plus simple que le canadien court mais encore plus controversé!

Truffé d’erreurs, le recensement de 1987 a été presque enterré par l’Allemagne fédérale. Et plus aucun recensement ne s’y est tenu depuis, y compris avec la réunification.

En 2011, l’Allemagne participera au recensement pan-européen via les registres de résidents (Melderegister). Pas question de repasser par le même cauchemar qu’en 1987.

Ceci dit, permettez-moi de souligner que les Melderegister, couplées aux cartes d’identité, cartes fiscales et autres, constituent une formidable mine de renseignements personnels. Et s’il y a une raison de se méfier de cela, c’est que l’histoire nous apprend que c’est comme ça qu’on a repérer les Juifs…

(Danke Wikipedia!)

0 Responses to “Recensement: une révolte ouest-allemande”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




juillet 2010
D L M M J V S
« Juin   Août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :