Le spin anti-VDFR de La Presse ou pourquoi il faut surveiller les journalistes

Tout le crédit de ce billet vient de l’émission du retour à Radio X Saguenay, juste avant l’intervention de Ian Sénéchal. Je ne fais que le reprendre parce que, vraiment, c’est à méditer!

Voici les données du MTQ concernant les « victimes » du virage à droite au feu rouge:

La liste des spin dans l’article:

– Emploi du mot « victimes sur la route », qui sous-entend des morts, alors que l’on parle uniquement de 5 décès.
– Faut-il vraiment avoir recours à la Loi sur l’Accès à l’information pour avoir accès aux bilans routiers? Je parierais même que ça se trouve sur le site du MTQ!

Heureusement qu’il faut penser pour lire La Presse, parce que s’il fallait ne pas les surveiller…

4 Responses to “Le spin anti-VDFR de La Presse ou pourquoi il faut surveiller les journalistes”


  1. 1 Danny aka FBI Feu Bum Intello mercredi, 1 septembre 2010 à 20:30

    Mon nouveau slogan paraphrase l’ancien slogan de l’UPA: Tant qu’il y aura La Presse, il faudra le Réseau Anti Spin pour la surveiller!🙂

  2. 2 Tym Machine mercredi, 1 septembre 2010 à 20:47

    Ce qu’on n’a pas non plus si je me fis uniquement à ce tableau, c’est le nombre de victimes ailleurs au pays.

    Or, on a beau nous spinner qu’on est plus infantilisable qu’ailleurs, on ne l’est pas plus. Ni plus ni moins.

    Ce qui revient à reposer la question existentielle suivante qu’on se posait il y a 12 ans de cela:

    Alors si le virage au feu rouge à droite c’est bon partout ailleurs, pourquoi est-ce qu’il en serait différent au Québec?

  3. 3 Jeff B. jeudi, 2 septembre 2010 à 9:50

    Sémantiquement parlant, les blessés sont aussi des victimes. Selon le Larousse, une victime est « Toute personne qui a subi un préjudice corporel, matériel ou moral. » La Presse n’est donc pas dans le tord en utilisant ce terme. Certes, l’expression « victime de la route » est généralement employé au Québec pour désigner des décès, c’est ni la première fois ni la dernière qu’un médium tourne les coins ronds.

    Outre l’aspect comparatif soulevé par Tym Machine, ce qui m’intrigue dans ce genre de statistiques, c’est la méthodologie. Comment fait-on pour attribuer une victime spécifiquement au VDFR et pas à une autre cause ? Si en plus d’avoir omis de s’arrêter, le véhicule roulait à 75 km/h dans une zone de 50, c’est une problème de VDFR, de vitesse ou on fait tout simplement un double compte ?

  4. 4 Gilles Laplante vendredi, 3 septembre 2010 à 16:36

    Si les conducteurs étaient responsables de leurs actes, peut-être y aurait-il moins d’accidents du genre. De plus, si au moment d’effectuer un virage, un vélo passe sur le feu rouge est-ce considéré dans les statistiques ( probablement, pusque l’automobiliste a toujours tord )?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




septembre 2010
D L M M J V S
« Août   Oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :