L’internet chinois, un modèle populaire

À 13:35 vendredi, j’étais en train de manger quand RDI et Twitter se sont affolés en même temps: tremblement de terre en Nouvelle-Zélande.

Mon réflexe traditionnel, y aller avec une couverture locale, a été mal servi: Television New Zealand bloque l’accès à son contenu vidéo en dehors du pays.

Ça me met en beau fusil. C’est un comportement qui trahit l’esprit de l’internet. En plus, on ne parle même pas d’un épisode de Vampire Diaries, mais bien de nouvelles produites par eux-mêmes!

J’admets bien évidemment que certains contenus soient payants. Mais restreints, non. Nous avons déjà les systèmes PAL et NTSC qui sont incompatibles, se sont ajoutées les régions de DVD, maintenant on doit composer avec le blocage géographique de contenu!

L’internet chinois, vanté par l’ADISQ, a malheureusement des jours heureux devant lui.

3 Responses to “L’internet chinois, un modèle populaire”


  1. 1 matvail2002 dimanche, 5 septembre 2010 à 18:37

    Même en Chine, ils trouvent un moyen d’avoir le Google non-filtrée venant d’Hong Kong.

    Et pire, tous les autobus et minibus ont un détecteur de radar! Lol!

  2. 2 Jeff-TVQC mercredi, 8 septembre 2010 à 2:10

    L’internet chinois, vanté par l’ADISQ mouhahaha est pas mal bonne :p


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




septembre 2010
D L M M J V S
« Août   Oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :