ONU, nationalisme et Harper-bashing

Hier soir, plongé dans le marathon de la mine chilienne (vous savez que j’adore les « wall-to-wall coverage »), j’ai à peine porté attention au dossier du Conseil de Sécurité de l’ONU.

C’est l’ami Luso-Canadien Socialiste qui m’a brassé un peu sur le sujet. Il était fâché que, sur Cyberpresse et ailleurs, on ait « insulté » le Portugal en disant que c’est un petit pays pauvre qui ne méritait pas sa place au Conseil devant un pays membre du G8, G20, Commonwealth, OTAN, Francophonie, bref – un Grand.

Je lui ai répondu dans des termes similaires à ceux de Phil Bélanger ou du National Post: personnellement, je donne peu de crédibilité et encore moins d’autorité morale à une organisation qui laisse une si grande place à des régimes peu fréquentables. Dois-je rappeler que la Libye a déjà présidé une commission sur les droits de la personne?

Bref, après une salade sur le nationalisme portugais (« l’importance de la fierté nationale »), j’ai dû me taper un cours magistral de droit international et son sacro-saint principe de souveraineté. Comme c’était une millionième preuve de l’obsession légaliste et étatiste de LCS, j’ai scoré mon propre Goldwin en lui lançant qu’un gars comme lui serait certainement accouru à la mairie pour se faire recenser comme juif par Vichy pour ensuite fièrement coudre son étoile jaune.

Ce n’est qu’en soirée, au travail, que j’ai lu Cyberpresse. Bien évidemment, aucune surprise, la défaite d’hier était le prétexte tout désigné pour tirer à fond de train sur le gouvernement Harper. En éditorial, les mots gifle, humiliation, défaite se sont succédées… En commentaire, nationalistes comme socialistes ont pleuré ce soi-disant « rejet des politiques de droite par la communauté internationale ». Parce que le Canada a perdu un vote, on jurerait que ces gens ressentent l’échec personnellement, que le gouvernement Harper leur a fait perdre « leur » réputation.

Je crois que c’est négliger les jeux de coulisses qui doivent sans doute ressembler aux faveurs négociées par les donateurs du PLQ. Mais bon, laissez-moi vous présenter le commentaire le plus logique de tout ce dossier:

Une défaite relative

On aura beau blâmer l’ensemble de la classe politique canadienne, mais la véritable réponse est: ce n’était pas notre tour. Le Canada se situe au quatrième rang des pays ayant passé le plus de temps au sein de ce conseil prestigieux, avec 12 ans. Seuls, le Japon (20 ans), le Brésil (18 ans) et l’Argentine (16 ans) sont plus présents que nous. En ce qui a trait au Portugal, il n’a passé que quatre ans au sein du Conseil de l’ONU depuis sa création en 1946. Il est au même niveau que le Bangladesh, la Finlande et le Zimbabwe. Dire que c’est une défaite pour le Canada, oui. Mais ce n’est pas une défaite si lamentable que cela. Il faut savoir laisser la place aux autres.

Louis-Martin Archambault, Laval

Sauf que, pour un nationaliste canadien, on le voit bien à chaque Jeux Olympiques, laisser sa place est impensable. Le Canada doit être partout!

Tandis que pour les incorrigibles Harper-bashers, toutes les raisons sont bonnes pour le démoniser encore plus.

Pas surprenant dans cas qu’une institution dont on ne parle jamais dans nos médias a soudainement fait la manchette.

Petit peuple attention whore, va!

3 Responses to “ONU, nationalisme et Harper-bashing”


  1. 1 Christian Rioux jeudi, 14 octobre 2010 à 7:11

    100% d’accord. Ce n’est qu’une excuse de plus pour taper sur Harper.

    Et de toute façon, selon moi l’ONU n’a plus aucune crédibilité depuis longtemps

  2. 2 matvail2002 jeudi, 14 octobre 2010 à 7:45

    Malgré qu’il soit lui aussi un nationalisme Mathieu Bock-Côté a eu raison du fait que les médias bien-pensants se laissent manipuler. Or, dans ce cas, au lieu d’y aller avec un relativisme et de mettre les trucs en perspective comme ton commentaire fait mention, les médias montrent leur jupon comme d’habitude. Or, je m’excuse, mais je considère que cela rien d’un crime de critiquer l’ONU. En passant, lorsque je vois David McGuinty faire la morale, je me dis qu’il n’a aucune morale à faire à personne.

    Le problème avec l’ONU c’est que cela est véritablement un machin comme disait l’autre, malgré que je pense que c’est un cirque auquel on n’a pas changé le décor depuis les années 50. En temps normal, les médias s’en foutent de l’ONU à part lorsque c’est tranquille côté nouvelles. En plus, vous croyez sériousement que les trois pays n’ont pas donné des cadeaux diverses? Voyons donc! De la sauerkrout, de la bière, du sirop d’érable et de l’huile d’olive!

    Et encore, entre faire partie du G8/G20 et avoir un petit siège temporaire au conseil de sécurité (et il vaut mieux faire du lobbying auprès d’un membre permanent à mon avis), je choisis le premier, quitte à ce que les membres temporaires du Conseil de Sécurité de l’ONU ont quasiment autant de pouvoir que Nauru ou Tuvalu à l’Assemblée Générale.

  3. 3 matvail2002 jeudi, 14 octobre 2010 à 7:47

    En passant, nationaliste et non nationalisme.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2010
D L M M J V S
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :