Archive pour 15 octobre 2010

Liberté de la presse vs liberté d’expression?

C’est en ces mots que Jean Tremblay décrit son différent avec les médias. Selon lui, les médias briment sa liberté d’expression en exigeant qu’ils parlent à tous les médias. Oui, là-dessus, ok. Mais pour le reste, quand il laisse entendre que sa liberté d’expression est compromis par les critiques des journalistes, bien on revient à « Place au Maire » et ses vidéos YouTube où il peut faire son Hugo Chavez!

Reportage TVA

Publicités

À Réjean Tremblay: Patrick Desrochers devrait-il parler norvégien?

Cette histoire commence à l’heure du souper ce jeudi. Je viens à peine de lire le dernier texte de Réjean Tremblay, encore bandé des trois phrases de français de Gionta mercredi soir, que je vois un tweet de NRK Sport mentionnant un certain Patrick Desrochers, joueur de hockey.

TV2 Sporten nous offre le vidéo où il s’engeule avec l’arbitre, qui finit par lui dire Get The Fuck Off My Face!

J’ai ri. J’ai ri en pensant à Réjean Tremblay qui en ferait une affaire Shane Doan inversée.

Puis la réflexion m’a brûlé les doigts: le représentant bloquiste dans la section sports de La Presse, qui crache encore sur Saku Koivu pour son français inexistant, serait bien embêté d’apprendre qu’un de « nous » (ok, il est pas vraiment « nous » pour le BQ/PQ, c’est un Franco-Ontarien LOL) joue au hockey en Norvège sans parler norvégien. Réjean Tremblay ne nous répète-t-il pas sans cesse que les équipes américaines ou « canadian » ne toléreraient pas des joueurs ne parlant pas l’anglais?

Mon enquête m’a mené vers ce reportage du bulletin de nouvelles de 23:00 sur NRK1 où Patrick Desrochers affirme vouloir devenir citoyen norvégien pour jouer dans l’équipe nationale, le tout dans la langue de Shakespeare.

Allez Réjean. Sois cohérent. Si nos joueurs en Finlande, Norvège, Suède, Allemagne, Autriche, Suisse se comportent en Saku Koivu, t’es mal placé pour faire la leçon!

Le Monarque municipal vs les méchants journalistes

Ce soir, j’ai été un peu mal à l’aise en regardant Mario Dumont et son chroniqueur prendre le parti de Jean Tremblay dans sa « vendetta » qui l’oppose à Radio-Canada.

Pour une fois que la FPJQ se tient debout pour sa mission fondamentale, faudrait tout de même pas le lui reprocher sous prétexte que c’est Radio-Canada qui est la première plaignante dans ce dossier. Ça fait changement de ses inquiétudes envers Sun TV News, son militantisme pro-syndical dans le litige opposant l’Agence QMI à la Tribune parlementaire et son silence complice quand la Chambre des Communes réprimande le Maclean’s.

On reproche aux journalistes québécois d’être trop complaisants envers le statut quo, les modèles établis, de faire copain-copain avec le pouvoir.

Jean Tremblay veut plus que ne plus parler à Radio-Canada. Il a déjà été en chicane avec Le Quotidien (Gesca) mais aussi Le Réveil (Québécor). On l’a souvent entendu dire que ce serait le paradis si le maire possédait le journal local. Et bon, disons qu’il se chicane avec tout le monde qui n’est pas d’accord avec lui alors ce n’est pas seulement les médias qui ont maille à partir avec lui.

Là, je veux bien croire qu’il n’administre pas la ville pour les journalistes mais pour les citoyens mais qu’il leur laisse donc faire leur job. Job qui ne consiste pas à recracher tout ce qu’il dit.


octobre 2010
D L M M J V S
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :