À Réjean Tremblay: Patrick Desrochers devrait-il parler norvégien?

Cette histoire commence à l’heure du souper ce jeudi. Je viens à peine de lire le dernier texte de Réjean Tremblay, encore bandé des trois phrases de français de Gionta mercredi soir, que je vois un tweet de NRK Sport mentionnant un certain Patrick Desrochers, joueur de hockey.

TV2 Sporten nous offre le vidéo où il s’engeule avec l’arbitre, qui finit par lui dire Get The Fuck Off My Face!

J’ai ri. J’ai ri en pensant à Réjean Tremblay qui en ferait une affaire Shane Doan inversée.

Puis la réflexion m’a brûlé les doigts: le représentant bloquiste dans la section sports de La Presse, qui crache encore sur Saku Koivu pour son français inexistant, serait bien embêté d’apprendre qu’un de « nous » (ok, il est pas vraiment « nous » pour le BQ/PQ, c’est un Franco-Ontarien LOL) joue au hockey en Norvège sans parler norvégien. Réjean Tremblay ne nous répète-t-il pas sans cesse que les équipes américaines ou « canadian » ne toléreraient pas des joueurs ne parlant pas l’anglais?

Mon enquête m’a mené vers ce reportage du bulletin de nouvelles de 23:00 sur NRK1 où Patrick Desrochers affirme vouloir devenir citoyen norvégien pour jouer dans l’équipe nationale, le tout dans la langue de Shakespeare.

Allez Réjean. Sois cohérent. Si nos joueurs en Finlande, Norvège, Suède, Allemagne, Autriche, Suisse se comportent en Saku Koivu, t’es mal placé pour faire la leçon!

4 Responses to “À Réjean Tremblay: Patrick Desrochers devrait-il parler norvégien?”


  1. 1 Tym Machine vendredi, 15 octobre 2010 à 12:54

    Si Patrick Desrochers déménage en Norvège, il aura sûrement l’occasion d’apprendre 2-3 phrases qui pourront lui permettre dans 4-5 ans de comprendre les chiffres et d’aller s’acheter une pinte de lait au dépanneur par là-bas.

    Saku même après 12 ans avec le CH n’a jamais réellement fait l’effort d’apprendre le français. C’est drôle Gionta après moins de 2 ans fait l’effort de le parler devant des milliers de gens en plus. Il aura accompli en moins de deux ans ce que Koivu n’aura pas pu accomplir, ne serait-ce que la moitié de ce que Gionta a accompli, même en 15 ans à Montréal. Est-ce une question d’intelligence? Je ne pense pas. Est-ce une question d’effort et de volonté, moi je pense que oui.

  2. 2 derteilzeitberliner vendredi, 15 octobre 2010 à 14:55

    En fait, il est déjà rendu.

    Mais bon, ce qui me gosse dans l’histoire de Saku c’est que oui, c’était négligent de sa part vu le côté PR de sa job mais je trouve énormément fatiguant cette obsession médiatique sur ce sujet au point où ça semble les empêcher de voir les qualités d’un joueur de hockey.

  3. 3 matvail2002 vendredi, 15 octobre 2010 à 15:16

    Paraît que Saku était capable de communiquer dans un français basique et sa compréhension était bonne selon des journalistes qui suivaient l’équipe de façon proche. Son épouse aussi Finlandaise parlait assez bien français. Cependant, je suis certain qu’il ne voulait pas communiquer du fait qu’il ne voulait pas perdre la face en faisant une erreur.

    Mais, d’une certaine façon, Saku comme un certain nombre de Finlandais était reconnu comme quelqu’un de très timide et froid en son ensemble. J’ignore cependant comment qu’il était dans le vestiaire.

    Sur, ce, il existe de joueurs de hockey francophones qui jouent et ont joué en Russie dont leur connaissance du Russe est très limitée. Ajoutons aussi l’Allemagne. Oui, certains joueurs sont capables de se débrouiller en Allemand, mais d’autres bien moins.

  4. 4 Jeff B. vendredi, 15 octobre 2010 à 23:23

    La LNH n’est le reflet que de la mondialisation. À l’époque de la jeunesse des Réjean Tremblay, la LNH était composé de Canadiens et d’Américains. Par la force des choses, il y avait un très gros ratio de joueurs francophones à Montréal. Les non-franchophones sentaient donc le besoin d’apprendre une base en français pour s’intégrer. Regardez le vestiaire actuel des Canadiens. Combien de langues maternelles différentes y trouvez-vous ? J’en recense cinq (français, anglais, tchèque, danois, russe) et ca pourrait être pire, l’équipe ne comporte pas de Suédois ou de Finlandais par exemple. Il faut donc trouver un terrain commun et l’anglais s’installe. Pourquoi un joueur apprendrait le français ? Il n’en a pas besoin dans son lieu de travail et il n’en a certainement pas besoin dans son milieu de vie (à supposer qu’il vit réellement dans la vie où il évolue, ce qui n’est pas le cas de tout le monde).

    À l’inverse, je ne comprendrais pas que Patrick Desrochers n’apprenne pas une solide base de norvégien. Il m’apparaît évident que c’est pour lui un facteur important d’intégration à son équipe et à son milieu de vie. D’ailleurs, les horaires sont beaucoup moins chargés dans la ligue norvégienne, alors on peut considérer que Desrochers vit en Norvège à temps plein.

    Enfin, tout ca pour dire que Réjean Tremblay vit en permanence dans ses souvenirs de jeunesse et qu’il ne faut pas faire attention à lui.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2010
D L M M J V S
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :