Entrevue avec un melon d’eau

Quelques mois après son passage au Canada, Michel Rocard est en Islande pour y discuter du futur de l’Arctique. Comme c’est l’habitude pour ce genre d’évènement, Egill Helgason l’a invité à son émission.

L’entrevue s’est déroulée en français et Egill Helgason n’avait manifestement pas parlé français depuis son passage à Radio-Canada ce printemps. Mais, enfin, au moins ça laisse à l’invité tout le loisir de parler.

La raison principale de sa présence étant sa conférence sur les pôles, je me permets de demander au nom de quelle expertise parle-t-il. Personnellement, je voudrais entendre un scientifique, pas un politicien sur le sujet.

Quelle ironie de l’entendre parler de prudence, de moratoire, sur l’exploration de l’Arctique dans un pays où on se réjouit déjà à exploiter du pétrole à côté du Groenland. Je doute également que qualifier la pêche d’activité criminelle lui attire de la sympathie en Islande, d’ailleurs il n’a pas du tout été convaincant quand on lui a rappelé combien les Islandais sont sceptiques à l’égard de l’UE quand vient le temps de parler de pêche.

Michel Rocard est certes un Européen convaincu mais le jupon impérialiste français a dépassé quand il a dit que la France a retrouvé sa souveraineté monétaire par l’Euro.

Avec cette histoire de pétrole et de minéraux en Arctique, je n’ai cependant pas pu m’empêcher de penser à Ezra Levant et son livre « Ethical Oil ». Plus l’Occident produit du pétrole, moins il engraisse des dictatures. Et nos écolos qui aiment bien dénoncer l’Alberta devraient se réjouir que l’on ne leur réserve pas le même sort que l’Iran (reportage d’ARD), où ils sont perçus comme des éléments perturbateurs par le régime en place et fortement surveillés.

Le vert en Michel Rocard considère que l’Occident doit être extrêmement prudent exploitant l’Arctique. À prime abord, je n’ai absolument rien à redire là-dessus, il est évident que l’on doit faire attention et les technologies existent pour justement nous assister. Mais pourquoi faire preuve de vertu et le laisser là quand d’autres, les Russes, les Chinois, les Iraniens par exemple, n’auraient aucun problème à se laisser dans l’exploration avec possiblement des procédés plus dommageables que ceux utilisés chez nous?

Je veux bien croire que le 21ième siècle sera celui de l’Afrique et de l’Asia, mais pourquoi faudrait-il que l’Amérique du Nord et l’Europe se laissent mourir?

0 Responses to “Entrevue avec un melon d’eau”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




novembre 2010
D L M M J V S
« Oct   Déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :