ADISQ, UDA: Ce que le public veut, c’est secondaire!

L’équipe de JE vient de nous ressortir l’épouvantail du protectionnisme culturel ce soir, en présentant cette étude de l’ADISQ qui démontre, oh malheur, que les stations de radio francophones ignorent sciemment les affreux quotas qui affligent leur programmation.

Venant d’un organisme corporatiste prêt à imiter une dictature pour parvenir à ses fins, aucune surprise.

Pour l’ADISQ, la tendance du public à préférer la musique anglophone, demande suivie par les radios commerciales, ne peut être légitime car elle va à l’encontre des intérêts de ses membres. Il faut donc l’écraser, considérer que le CRTC est trop mou, la force réglementaire devant à tout prix être utilisée pour asservir le peuple afin qu’il soit contrait à se regarder le nombril et s’écouter parler à la radio et la télé.

Même combat du côté de l’UDA, qui préfère priver le Québec de films en français plutôt que tolérer la « concurrence déloyale » de la France (puisqu’au lieu de faire doubler deux fois, ou uniquement en France et déplaire à l’UDA, je soupçonne que des films ne sortent pas à cause de ça). Et mieux vaut blâmer les majors d’Hollywood, comme le fait Richard Therrien, que les diffuseurs québécois de séries américaines, dans le cas des coffrets de DVD qui ne sont vendus qu’en anglais même si la version française existe en Europe car la série est sous le couvert d’une entente d’exclusivité entre une chaine de télé québécoise et le distributeur. De toute façon, le vrai combat serait de se battre afin de faire abolir ces frontières que constituent les zones de DVD ainsi que les standards NTSC et PAL. Qui sait, si nos lobbys corporatistes étaient moins forts, peut-être que nos festivals du films auraient plus de versions francophones à proposer.

Je serais même prêt à parier que cela limite l’émergence de nouveaux artistes. De plus, quand Solange Drouin affirme que CKOI et NRJ ignorent de 25 à 60% des albums québécois, elle fait abstraction du fait que la situation se produit aussi du côté anglophone. Par définition, la radio commerciale se concentre sur des marques établies et joue toujours la même chose.

Solange Drouin me rappelle le film Radio Pirate, qui passe présentent à Super Écran. Une histoire vraie du milieu de la radio britannique dans les années 1960, un monde de rêve pour des gens comme l’ADISQ qui ne peuvent se contenter de la version soft.

Radio Pirate, c’est l’histoire d’une station de radio offshore, probablement très inspirée de Radio Caroline.

À l’époque, les radios privées sont rarissimes en Europe. Les stations d’État sont austères, par exemple la radio allemande ne diffuse aucune musique en anglais et n’a même pas d’émission pour les jeunes. La Norvège, l’Irlande et l’Islande n’ont qu’une seule station. En Angleterre, syndicats d’orchestres et compagnies de disques veillent à ce que la BBC ne diffuse presque pas de musique sur disque.

Les stations des bases américaines donneront un coup aux radios allemandes, en France ce seront les Europe 1, RMC et Radio Andorre basées hors des frontières qui pousseront Radio France à se moderniser un peu.

Vous savez pourquoi Radio France diffuse de la pub? En 1968, le PM Georges Pompidou déclare que la République devrait encaisser une partie de ces revenus qui vont vivre les « postes capitalistes étrangers ». Parallèlement, l’État français achète des actions des diffuseurs « périphériques » afin de contrôler leurs émissions par l’arrière.

Pendant ce temps, la Mer du Nord se remplit de bateaux d’où émettront des stations pirates avec des DJ et cette musique américaine que les autorités trouvent trop dégénérée pour passer en ondes. Tandis que l’Angleterre leur fait la guerre, allant même jusqu’à criminaliser leur écoute, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas vont céder: les « 3 », ces stations pour les jeunes, verront le jour.

Le gouvernement britannique finira par employer la même méthode: le rock et la pop iront sur la nouvelle BBC Radio 1, née le 30 septembre 1967, les radios pirate se trouvant alors incluant dans le diffuseur d’État.

L’Europe a tiré des leçons de ces années sombres: depuis années 1990, la règle du « sans frontière » s’applique, on a tourné la page. Désormais, le téléspectateur européen peut regarder ce qu’il veut, s’abonner à toutes les chaînes qu’il veut, suffit seulement de trouver une antenne assez grande!

Les chanceux.

Pendant combien de décennies devrons-nous encore subir la censure du CRTC exigée par l’ADISQ et l’UDA? Et si ce n’est pas le CRTC, ce sera quelqu’un d’autre car Dieu sait comment le Québec supporte cette mesure et comment ces lobbys protectionnistes ont leurs entrées au PQ: Curzi et Blanchet les ayant déjà dirigés!

Canoe.ca

Advertisements

0 Responses to “ADISQ, UDA: Ce que le public veut, c’est secondaire!”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




novembre 2010
D L M M J V S
« Oct   Déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :