Archive pour 27 novembre 2010

Mon coming out anti-Quebecor

Vendredi midi, j’ai croisé sur Facebook un vidéo montrant une entrevue d’Anne-Marie Dussault avec le Bonhomme Carnaval que j’ai reposté de mon côté. À l’instar de mon amie (d’ailleurs employée de Télé-Québec) qui l’avais mis là en premier (dans ma liste), j’ai planté RDI là-dessus en disant que c’est tout à fait indigne de l’image sérieuse que la chaine cherche à montrer face à LCN.

J’ai reçu comme commentaire quelque chose qui m’a particulièrement insulté. On m’a accusé de détester RDI, « comme j’aime chier sur les sociétés d’État ».

C’est plutôt le contraire, d’où l’insulte. Malgré toutes mes critiques face à l’orientation éditoriale de nombreux reportages de Radio-Canada, j’ai toujours été un fan fini de leur info télévisée. Je suis même resté fidèle au Téléjournal de 22 heures pendant la période de Gilles Gougeon!

Si je déteste tant que ça RDI, pkoi alors je le regarde tout l’après-midi en semaine? Oui, j’aime bien leur chercher des poux et les twitter mais, sérieux, si j’étais si incapable de les tolérer, je changerais de poste.

Aux midterms, je les ai flushé à cause du panel. J’ai regardé à la place cette chaine hautement commerciale et capitaliste appellée BBC World.

Je change aussi de poste quand c’est Gérald Fillion ou quand on passe un reportage sur le procès Lafrance-PKP. La radio? Je passe mon tour, pas capable.

Ça m’étonnerais vu que je devrais être en mer à cette époque mais, si je suis à la maison, soyez certain que je serai debout à 4:00 pour le mariage de William et Kate Middleton. Je ne pourrai pas manquer ça. Ça va faire changement des funérailles. Même pour Jean-Paul II, je me suis levé à 3:00 pour regarder…et Dieu sait que j’ai la religion à la même place que la prostate. Et, dans ces évènements là, RDI fait partie des canaux où j’alterne.

Il semblerait qu’être de droite nous empêcherait de regarder les émissions de la Grande Tour sur René-Lévesque. Je le fais et je n’ai aucunement honte (ceci dit, ce n’est pas un chèque en blanc!).

Je ne me cache pas non plus pour dire que je déteste le « output » de Quebecor. Que des chroniqueurs de droite écrivent dans le Journal de Montréal et de Québec ne rachète pas, à mes yeux, l’obésité de leurs sections « faits divers » et « sports », leur nationalisme exacerbé et les affreux contenus « convergents ».

Comme consommateur, ça ne me rejoint pas. Il le vendra à quelqu’un d’autre, son journal. C’est tout. Libre-marché*.

Ce n’est pas la CSN qui va me faire boycotter le journal, je n’ai l’ai jamais acheté parce qu’à la base, il ne m’intéresse pas.

À la base, je ne suis pas contre mettre les ressources en commun pour faire plus. Sauf que l’on n’est pas du tout dans le même paradigme que ce qui est vécu à Toronto entre, par exemple, le Globe and Mail et CTV.

Vous me connaissez assez pour deviner que ce qui m’accroche chez Quebecor, c’est son provincialisme assumé. Si on compare aux chaines anglophones, TVA Nouvelles c’est un bulletin de nouvelles locales de Montréal diffusé à l’échelle de la province. On est loin de son « cousin » CTV National News.

CTV a plus de correspondants à l’étranger que la CBC, en plus d’ententes avec des réseaux américains et ITN pour ratisser plus large. Sans oublier le reste du Canada. Ça, c’est correct. Si j’étais moi-même producteur d’un bulletin de nouvelles, ça serait facilement 50% international.

Je rage quand j’entends une personne dénoncer que Radio-Canada nous présente des nouvelles d’ailleurs au pays. Il n’y a rien d’anormal à cela. Je n’en reviens toujours pas que, malgré une diffusion coast-to-coast, TVA ne présente même pas la météo hors du Québec. En fait, le seul département de TVA qui voyage c’est Occupation Double!!!!

Je hais aussi leur maternage, comme François Paradis ce midi qui sermonnait son auditoire sur la conduite hivernale, et leur hypocrisie par rapport à l’État.

On les accuse d’être de droite parce qu’ils dénoncent les abus des fonctionnaires, la mauvaise gestion des finances publiques, mais ce n’est certainement pas « de droite » d’appeler ouvertement à la déresponsabilisation des citoyens, de dénoncer l’inaction des gouvernements et d’appuyer l’étatisation de la fécondation in-vitro parce que la femme du boss l’a demandé au ministre!

On pourrait aussi ajouter leurs chroniques « arts et spectacles » qui virent à l’infopub pour leur stock.

Si je ne jugeais pas la compétition privée aussi médiocre et exécrable, j’aurais sans doute divorcé de Radio-Canada (comme je voue une haine sans merci à la SAQ, par exemple) mais ce n’est pas le cas. D’ailleurs, ce serait peut-être malhonnête de ma part puisque, à l’international, je consomme essentiellement la télévision publique.

Je suis aussi bien embêté par une chose. Les Québécois semblent préférer TVA et son produit que je ne peux sentir. Est-ce que ça veut dire que TVA leur donne réellement ce qu’ils veulent ou ils achètent simplement par défaut? L’oeuf ou la poule?

Ceci dit, je tiens à le rappeler, je ne donne pas un chèque en blanc à Radio-Canada non plus. Je trouve que sa programmation devrait être moins « commerciale », à l’image d’ABC en Australie, que la salle des nouvelles devrait délaisser les sujets non-sérieux, qu’elle devrait adopter une « fairness doctrine » et qu’elle devrait plus transparente au niveau administratif, notamment.

*Par contre, la création du « monstre » Quebecor Média n’est pas dûe au libre-marché. N’oublions pas que c’est Bernard Landry qui a poussé pour que la Caisse de Dépôt intervienne afin que Vidéotron et TVA ne passent pas aux mains de « Toronto ». PKP m’apparait donc peu crédible quand il dénonce la propriété étatique de la Société Radio-Canada. Dire que ça voulait se faire donner un aréna… Crony-capitalist, va!


novembre 2010
D L M M J V S
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :