Archive pour 15 décembre 2010

Alcool en Allemagne: Liberté et responsabilité

En soirée, discussions sur Twitter à propos d’un Québec libéré de la SAQ. J’ai exprimé ma faveur envers un système libéralisé, où l’alcool est vendu comme le jus d’orange ou les bananes.

Ce système, je l’ai vécu, étrangement dans un des pays les plus étatistes du monde occidental: l’Allemagne.

Sans doute pour des raisons historiques qui ont rendu la bière une vache sacrée, l’Allemagne n’a jamais fortement réglementé l’alcool.

Eh oui, l’Allemagne interdit le travail le dimanche dans la constitution, a longtemps conservé un monopole d’État sur la radio et la télévision mais on a toujours pu s’acheter de la vodka à côté de la caisse à l’épicerie. Même que, avec la nouvelle règlementation sur le tabac, il est plus compliqué s’acheter un paquet de cigarettes qu’un 40 onces de « 94 »: les cigarettes sont derrière une porte coulissante.

Je me souviens d’avoir « bargainé » de la vodka dans un dépanneur vietnamien à Rosa-Luxemburg-Platz avec Harry et Oliver à 2:00 du matin. Combien de fois nous sommes-nous achetés de la bière au dépanneur à 0.50€ pour aller la boire au bar à côté, qui lui la vendait 3.50€? Combien de marches bière à la main, décapsulées par le gars du dépanneur? De « rides » en U-Bahn la caisse entre les jambes en route pour le party?

Une seule chose très importante: Ne pas être saoul en public, ça la police tolère pas. Tout comme elle ne déconne pas si vous conduisez après.

Autrement, il n’y a à la base qu’une seule règle: pas d’alcool en bas de 16 ans.

Pas de réglementation des prix: une bouteille de 500 ml, 0.50€. Une caisse de 20×500 ml, 12€. Du fort à 12€, des bouteilles de vin potables qui commencent à 3-4€… on voit que ce n’est pas taxé autrement que la TVA.

Tous les magasins en vendent, même le magasin à 1€ vend du vin (j’en boirais pas par contre!). La sélection est très importantes même dans les plus petits commerces, car c’est souvent leur principale vente et aussi, le dépanneur n’a pas les mêmes restrictions sur ses heures d’ouverture que l’épicerie. Car, ah oui, le commerce vend de l’alcool tant qu’il est ouvert.

En restauration, ça n’exige pas de permis particulier. Eh oui, c’est vrai: McDo vend de la bière dans un beau verre McDo.

Ouverture des bars? En général, aucune règle. Sinon, c’est local.

Règle générale, il n’y a pas de restrictions dans les espaces publics sauf si des règlements locaux le spécifient. Même chose dans un lieu privé: un centre d’achats peut interdire de consommer de l’alcool dans les passages, tout comme une société de transports en commun a le droit de ne pas permettre à ses passagers de boire en route.

Et ça fonctionne. Je veux dire, les Allemands sont certainement plus responsables face à l’alcool que le sont les gens où la consommation est plus « réprimée » (*cough* Britanniques *cough* Étudiants universitaires américains* cough). Ceux qui se « maganent » le plus la fin de semaine à Berlin sont justement ces touristes qui viennent faire le party.

Les détracteurs des idées libérales/libertariennes nous disent souvent que c’est de l’utopie, que personne le fait, qu’il n’y a pas d’exemple réel. Or, en matière d’alcool, il y en a un.

Alors, ils devront se trouver d’autres arguments.


décembre 2010
D L M M J V S
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :