Archive pour 22 février 2011

Libye: Des idiots utiles au Québec

Lundi soir, Céline Galipeau recevait Alain Stanké pour parler du Colonel Kadhafi. Bien qu’il ne soit pas vraiment entré dans les détails, je l’ai trouvé complaisant. Il a certes admis que le régime soit très dur au point de vue des droits de la personne, mais il a sorti les mêmes trucs qui sont dits sur Cuba depuis 1959: il ne s’est pas enrichi, il a investi pour le peuple: santé, éducation, lutte à la désertification.

Alain Stanké, dont l’enfance a été marquée par les occupations allemandes et soviétiques de la Lituanie, n’aurait pas dû s’aventurer sur ce terrain.

Comme si ce n’était pas assez, voici ce que nous sort La Presse via Isabelle Hachey:

D’autres institutions hésiteront peut-être avant de lâcher la famille Kadhafi. À SNC-Lavalin, on se refuse à toute entrevue. «Nous continuons de suivre la situation de près pour déterminer les prochaines étapes», dit prudemment un porte-parole.

En septembre 2005, le géant du génie québécois avait déroulé le tapis rouge pour Saïf al-Islam, venu exposer des toiles au Marché Bonsecours. L’ex-président Jacques Lamarre avait déclaré à La Presse que le colonel Kadhafi était «un grand démocrate» qui avait fait beaucoup pour le continent africain.

Selon M. Lamarre, les Libyens devaient «considérer tous les investissements qui ont été faits dans les infrastructures de leur pays. Au lieu d’enrichir une élite, (le régime) a tout mis ça dans la population».

SNC-Lavalin, à tout le moins, profite de ces investissements. Depuis près de 20 ans, l’entreprise creuse une «grande rivière artificielle», projet titanesque qui alimentera en eau les villes du nord du pays. Elle a aussi décroché un contrat de 450 millions pour construire l’aéroport de Benghazi.

M. Lamarre n’a pu être joint hier pour commenter les récents événements.

Et ce qui m’enrage, c’est qu’on ne dit rien là-dessus tout en n’étant jamais à court de mots pour dénoncer l’Alberta.

Quand le message est secondaire

Je joue sur le terrain de mon ami FBI mais je suis certain qu’il me pardonnera… 😛

Hier, La Presse publie dans ses pages d’opinion un texte de Diane Bellemare sur les réformes engagées en Suède ici.

Absolument rien de nouveau pour moi, et je parle ici comme ailleurs de ces réformes, en Suède comme ailleurs, de ces possibilités d’avoir un « État-providence sans État ». Elle parle pratiquement des mêmes choses que moi à l’émission Connaitre la Suite d’il y a trois semaines.

Mais Diane Bellemare est une adéquiste de la première heure, une économiste qui travaille au CIRANO, un think tank du « mauvais bord ».

Alors qu’est-ce qu’on sort à l’endroit de ce texte sur Twitter? « Attention, Googlez l’auteur » dit un message que j’ai vu passer.

Autrement dit, si ce n’est pas un gauchiste qui le dit, on refuse d’écouter. C’est pourtant un parti de gauche, le SAP, qui les a faites ces réformes. Faudrait-il inviter Goran Persson au Québec pour nous expliquer?

Et vous savez, une telle fermeture, ça me choque tellement plus que quand LCS me dit « On ne peut pas faire ce que les autres ont fait, les autres ce n’est pas nous ».

La politisation d’un crime « ordinaire »

Le 11 février dernier, deux peintres attendaient le métro à la station Lichtenberg en fin de soirée. Ils ont été violemment attaqués, sans motif apparent, par trois jeunes.

L’un des deux hommes est toujours dans le coma et lutte pour sa vie. Les trois suspects, des « vieux ados », ont été arrêtés après avoir fui la scène, apeurés par l’arrivée de motards criminalisés qui ont sortir leurs armes.

Par crime « ordinaire », j’entends là que, bien que ce soit odieux, c’est une chose qui se produit malheureusement dans une grande ville comme Berlin.

Dans toutes les villes du monde, ou presque, ce fait divers ne serait devenu qu’une statistique judiciaire anonyme. Mais nous sommes en Allemagne, terre de la chemise brune.

Une fois qu’on a publicisé que les trois suspects étaient des immigrants kosovars et albanais, les néo-nazis se sont emparés de l’affaire.

Vendredi dernier, une semaine après le drame, 200 d’entre-eux ont tenu un rassemblement silencieux à la gare Lichtenberg. Comme toujours, une contre-manifestation de gauche a eu lieu en face.

Maja-Helen Feustel, députée Linke à l’assemblée d’arrondissement de Lichtenberg, et une amie ont été agressées par un inconnu du côté des néo-nazis (Tagesspiegel).

Tous les ingrédients sont maintenant là: nous sommes en présence d’un crime politique.


février 2011
D L M M J V S
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :