Posts Tagged 'santé'



Santé: le blocage allemand

Pour les gouvernements, la santé est devenue rien de moins que le mal du siècle. Tous les pays industrialisés connaissent des problèmes, d’ailleurs très similaires: manque de personnel, et hausse toujours plus importante des coûts. Tout le monde tente bien que mal de trouver des solutions.

Si je suis vite à qualifier les Canadiens de « têtes dures » pour refuser d’envisager d’importantes réformes dans le domaine, réformes allant à l’encontre des paramètres existants, force est de constater que les mêmes mots s’appliquent à mon deuxième pays. L’opinion publique allemande se dresse contre les visées du ministre Filip Rösler.

Il faut dire que notre assurance-maladie semble bien jeune comparée à l’allemande, créé par nul autre que Bismarck il y 140 ans!

Pour résumer rapidement, chaque résident de l’Allemagne doit avoir une assurance-maladie sauf s’il est riche. Une personne ayant des revenus annuels inférieurs à 42000€ doit s’assurer au public, les autres au privé. Les deux secteurs ont un éventail de compagnies où l’assuré peut se promener selon les services offerts. La prime correspond à environ 15% du salaire, et l’employeur en assume la moitié.

Le gouvernement fédéral a déjà permis aux caisses de facturer leurs clients différents frais supplémentaires afin qu’elles se renflouent, mais ce n’est pas encore suffisant alors le ministère de la santé étudie sérieusement le remplacement des primes ajustées selon les revenus par des primes fixes.

L’opposition à ces deux propositions s’articulent autour de deux arguments. Les « frais supplémentaires » sont dénoncés parce que les employeurs ne participent pas, et les primes fixes sont décriées car elles ne respectent pas le principe de solidarité.

En guise de réplique, l’opposition parle de plus en plus d’abolir le système d’assurance actuel et le remplacer par un système à la canadienne. Incroyable, mais vrai! J’ai d’ailleurs écrit un texte là-dessus sur un blogue libéral allemand, à venir bientôt.

Notez cependant que, mis à part les « frais supplémentaires », le gouvernement est encore dans la phase des consultations. Et c’est dans l’ombre de ces changements que l’on a réalisé l’enquête annuelle sur les services de santé en Allemagne, où l’on interroge 1800 citoyens et 800 médecins sur leurs perceptions. Voici les chiffres:

82% trouvent la réforme injuste
75% doutent qu’elle assure réellement le financement du système de santé
61% sont insatisfaits du ministre fédéral de la santé (62% l’étaient de sa prédécesseure)
70% jugent le système de santé allemande « bien » ou « très bien » (80% il y a 2 ans!)
42% ont peut de devoir se priver de soins pour des raisons financières
38% se privent déjà de soins pour des raisons financières
70% déclarent le prix des médicaments comme cause de la hausse des coûts en santé,
68% les changements démographiques
61% trouvent que « Big Pharma » a été choyée par la réforme
66% disent que les assurés sont trop touchés par la réforme
50% des gens et 70% des médecins trouvent que beaucoup d’Allemands consultent trop les médecins
73% des médecins trouvent raisonnables d’exiger une participation financière des patients à leurs soins.
90% des patients rejettent une augmentation des primes d’assurance
80% s’opposent à payer plus pour les médicaments
75% contre l’idée d’absorber eux-mêmes une partie des coûts d’une visite médicale
66% contre le ticket modérateur à chaque visite
66% contre le modèle suisse (présentation ici)

Bref, la santé est en train de devenir en Allemagne la même chose qu’ici: un mange-ministre!

J’aurais aimé entendre les propositions de ces personnes qui ont dit non à toute forme de financement supplémentaire. C’est beau dire non, mais les coûts grimpent et il faudra que quelqu’un les couvre et ça ne sera pas le voisin!

Soit dit en passant, l’étude « MLP-Gesundheitsreport » a été réalisée dans d’autres pays cette année et il s’avère que les Allemands sont à la traine derrière leurs voisins suisses et néerlandais… Comme quoi ces modèles qu’ils rejettent peuvent très bien être la solution durable à leurs problèmes

Berliner Morgenpost
Berliner Morgenpost

Publicités

Même de gauche, les Danois aiment les hôpitaux privés

Un sondage qui tombe à point, 24 heures après la mention du Danemark dans un billet de David Descôteaux sur les innovations en santé. Il y parle de quelque chose dont j’ai déjà mentionné, la garantie de soin: si l’État ne peut pas vous opérer dans les 4 semaines, il vous envoie dans un hôpital privé et paie.

Une mesure élaborée par l’actuel gouvernement VK, et applaudie par les électeurs de l’opposition de gauche. 64% des électeurs des quatre partis du « bloc rouge » l’appuient.

Appelé à commenter, le chef du Socialistiske Folkeparti, Villy Søvndal a toutefois émis le souhait que, d’ici 10 ans, le système de santé danois pourrait se passer de cette « aide ». Ceci dit, il précise qu’il n’est pas en faveur d’une interdiction des hôpitaux privés au Danemark, simplement à ce que le Danemark ait un système de santé public efficace où chacun a accès à des traitements dans des délais raisonnables.

Ça donne une idée du dinosaure canadien en matière de santé. Vous avez ici le chef d’un parti politique de gauche, qui serait entre Québec Solidaire et le PQ chez nous, qui admet l’existence d’hôpitaux privés à buts lucratifs…

DR

Briser les tabous budgétaires

Lundi, un sondage révélait que 61% des Islandais sont en faveur de la séparation de l’Église et de l’État. Réflexion bien pragmatique de plusieurs: l’État doit couper 33 milliards de couronnes, si on cesse d’entretenir les prêtres luthériens, qui ont d’ailleurs refusé de couper leurs salaires l’an dernier, en voici 4.5 de trouvés.

Ásbjörn Óttarsson, député du Parti de l’Indépendance, est arrivé avec une autre mercredi: Couper tout subside aux artistes.

Ce qui est dommage, c’est la partisanerie derrière ces idées. La gauche appuiera la première, la deuxième ralliera la droite. Alors que, dans ces temps difficiles, je crois que les deux doivent être appliquées.

Surtout que ces deux domaines me semble passablement superflus lorsque l’on apprend que la colère se fait entendre dans les communautés rurales où les soins de santé passeront dans le collimateur de la lutte au déficit. Comment peut-on justifier investir dans une salle de concert quand on coupe 40% du budget de cliniques très éloignées des centres? Surtout que, on la voit venir à cent mille, la fameuse question de la centralisation va se être posée: pourquoi les coupes se font plus à la campagne qu’en ville.

En tout cas, les femmes de Heimaey obligées d’aller accoucher à Reykjavik sont mieux de s’apporter un robe chic, elles en profiteront pour aller à un concert à la salle Harpa LOL

Visir.is

Analyse d’un spin allemand

La gauche reproche souvent à la droite son « simplisme ». J’ai maintenant la preuve qu’elle est tout aussi coupable de ce péché 😛

Voici la banderole des opposants à la réforme de la santé allemande. Le ministre de la santé Filip Rösler (FDP) propose, notamment de remplacer les primes d’assurance-maladie publique liées au revenu par un montant forfaitaire. Aux yeux du SPD et des syndicats, il s’agit d’un affront sans nom au principe de solidarité qui régit le financement du système de santé allemand.

Leur opposition se défend, bien entendu. Cependant, comment ne pas remarquer toute la démagogie présente sur ce fichier jpg!!!!!

« Schwarz-Gelb gefährdet Ihre Gesundheit »: Noire (CDU) Jaune (FDP) met votre santé en danger. C’est faire totalement abstraction que le mauvais financement du système de santé est aussi source de problème au niveau de la qualité des services. Sans oublier que cette phrase implique carrément qu’Angela Merkel et Filip Rösler vont rendre les Allemands malades par leurs gestes.

« Nein zur Kopfpauschale! JA zu einer guten Gesundheitsversorgung für alle! »: Non au paiement par tête! Oui à de bons soins de santé pour tous! Comme si la santé financée selon le nouveau système ne serait pas bonne pour tout le monde, qu’elle deviendrait tout à coup médiocre. Ça devrait être le contraire, si on promet que le système sera mieux financé. Je doute également, étant donné l’importance du « Sozial » en Allemagne, que le gouvernement Merkel exclut des mesures envers les personnes à plus faibles revenus.

Le SPD propose également faire comme le Danemark en 1973, soit de remplacer le système actuel de caisses maladies privées et publiques concurrentielles, par un système à la canadienne. J’espère que quelqu’un leur a demandé les modalités de paiement à cette assurance universelle.

Autre chose, je me demande aussi si le SPD est capable de regarder la réalité en face: les assurés migrent vers le privé parce que les services sont meilleurs, même s’ils sont plus chers. C’est donc le nerf de la guerre: si ça répond à leurs attentes, les Allemands sont prêts à payer.

Le félin paye pour l’humain?

Ce midi, je me suis présenté à la pharmacie pour acheter quelque chose de bien particulier: une trentaine de seringues à insuline. Pas pour n’importe qui: Ma chatte de 15 ans.

3.80$ pour dix, 38.11$ pour la boite de 100… Pour quelques cm de plastique fait aux Philippines, je trouve ça cher un peu. Pas que ce le soit vraiment, mais je n’aurais pas cru que le prix à l’unité dépasse 25 cents.

Toute la journée, j’ai réfléchis.

– La plupart des utilisateurs de seringues ne les paient pas (y compris de nombreux drogués).
– Au Canada, le gouvernement est le principal acheteur de seringues. Or, on sait que les prix pratiqués par de nombreux fournisseurs de l’État sont gonflés « parce que c’est le gouvernement qui paye ».

J’ai fortement l’impression que ces deux variables ont une influence considérable sur les 38 cents demandés par la pharmacie.

La fin du no-fault à l’assurance-maladie

On parle bien sûr de l’Allemagne, mais n’empêche que la proposition du ministre Filip Rösler donne matière à réflexion. En somme, on veut que l’assurance-maladie publique allemande ne paie plus pour les soins résultant d’accidents.

Le cabinet fédéral a déjà, après son élection, amené le régime public au même niveau que le privé: plus de couverture sur les actes médicaux afin de corriger des complications issues d’opérations volontaires comme pierceing, tatoos, etc. Le privé va encore plus loin, ne payant pas pour les soins nécessités par une tentative de suicide ou un abus de drogue/alcool par exemple.

Le ministre propose donc que les assurances automobiles paient pour les accidentés. Les caisses publiques épargneraient ainsi 500 millions par an.

C’est là que la cloche sonne. À première vue, ça sonne parfait mais…

L’assurance-maladie est payée par les assurés, environ 13% de leur salaire. Si, au lieu de refiler la facture aux caisses, on le fait aux assurés automobiles, ne change-t-on pas 4 trente sous pour une piastre?

Berliner Morgenpost

Fumeurs et obèses: derrière ou devant?

Le système de santé public danois est aux prises avec les mêmes problèmes qu’ici: manque de fonds, longues listes d’attente. L’an dernier, une étude européenne mentionnait que c’est au Danemark qu’il faut être le plus patient pour obtenir des traitements pour le cancer.

Il existe un système privé où l’on paie/recourt aux assurances privées. Lorsque les patients du public ne peuvent pas être traités dans des délais raisonnables, l’État paie leurs soins dans l’autre système.

Au cours des derniers mois, plusieurs hôpitaux publics danois ont dû congédier médecins et infirmières en raison de coupures budgétaires. À l’heure où on se penche sur des solutions, survient ce sondage où 38% des Danois croient que les fumeurs, obèses, alcooliques, drogués… devraient passer derrière quand vient le temps d’obtenir des soins de santé gratuits.

Sur DR.dk, les réactions ne se sont pas fait attendre. Sans surprise, plusieurs trouvent scandaleux que l’on ose remettre en question l’égalité de traitements. Mais, ce qui m’a fait sourciller, ce sont ces messages affirmant que les fumeurs/obèses/alcooliques devraient plutôt passer DEVANT.

La raison? Les cigarettes, la malbouffe et l’alcool sont surtaxés au Danemark. En abuser revient donc à payer plus de taxes que la moyenne, donc on mérite encore plus de traitements.

Cette logique, un peu tordue, est néanmoins tout à fait en accord avec l’esprit du modèle danois: de fortes taxes mais des services pour tous, surtout ceux qui mettent de l’argent dans la tirelire.

DR


novembre 2017
D L M M J V S
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Mises à jour Twitter


%d blogueurs aiment cette page :