Volksentscheid in Berlin: Qui serait assez cave pour voter non?

Jour historique à Berlin: pour la première fois, un référendum d’initiative populaire a fonctionné. Le quorum de 616000 électeurs (25%) a été atteint, rendant donc le résultat valide.

Et quel résultat: 665713 OUI sur 678247 bulletins de vote. 98.2% (eh oui, Gilles Duceppe n’a pas le plus haut score dans une élection ce weekend!)

Mais quelle question, quel débat, a suscité un tel score stalinien chez le 27.5% d’électeurs s’étant déplacé aux urnes? Surtout que le bulletin de vote n’offrait rien de moins qu’une formulation digne du 30 octobre 1995.

L’affaire débute en 1999. À l’époque, aux prises avec de graves problèmes financiers, la ville de Berlin vend 49% des parts de l’aqueduc municipal (Berliner Wasserbetriebe) à un consortium d’entreprises. J’ignore si les acheteurs ont été trouvés de façon ouverte et transparente mais on sait que les contrats ont été cachés du public.

Évidemment, contrats secrets et augmentation des tarifs de 35% en 10 ans, au point où les Berlinois ont l’eau la plus chère d’Allemagne, ça ne fait pas du tout bon ménage. Une coalition hétéroclite de citoyens, de l’extrême-gauche à des gens alliés à la CDU et au FDP s’est donc battue contre le Sénat afin d’obtenir la divulgation des contrats.

Sauf que, contrairement à la pétition pour la démission de Jean Charest, ça s’est arrêté là. Le référendum a demandé si les électeurs sont d’accord pour que les contrats de privatisation partielle de la Berliner Wasserbetriebe soient rendus publics. Point. D’ailleurs, ce blogueur le dit: l’important, c’est de voter oui pour voir les contrats.

Ça veut donc dire que, malgré les slogans du Oui qui disent « L’eau nous appartient », une fois la victoire consommée, le camp du Oui retournera à ses anciennes habitudes: la gauche exigera une « re-communalisation » totale de l’eau, la droite pourra être ouverte à un PPP transparent.

Le camp du Non, non constitué officiellement, pourrait se résumer à la position du Sénat, qui juge le vote inutile parce que les contrats ont été mis sur internet à la fin décembre. Il semble que les seuls qui ont jugé cela assez sont ceux qui sont restés chez eux…

Et, franchement, donnez-moi le nom d’un seul contribuable qui trouverait normal que les politiciens magouillent derrière des portes closes. C’est à se demander si ceux qui ont voté non au référendum ne bénéficient pas directement du secret…

Site officiel du référendum
Le Berliner Morgenpost applaudit la « victoire de la démocratie directe »

0 Responses to “Volksentscheid in Berlin: Qui serait assez cave pour voter non?”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




février 2011
D L M M J V S
« Jan   Mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :